Dur d'être chroniqueuse jeux vidéo à France Inter
Brève Vidéo

Dur d'être chroniqueuse jeux vidéo à France Inter

Il n'y a pas qu'à la télévision qu'on se moque des jeux vidéo.

Après le site de streaming jeu vidéo Twitch, raillé sur le plateau du Grand Journal (qui avait dû présenter ses excuses), une journaliste de France Inter a eu les pires difficultés à expliquer les joies du e-sport face à Nagui et Laure Manaudou.

"Moi je préfère mettre ma fille dehors et qu'elle joue avec les escargots et les papillons que la mettre devant la télé". Face à Laure Manaudou, qui n'a jamais caché son faible entrain pour la chose, la journaliste Leïla Kaddour a eu bien du mal à dérouler sa chronique hier matin, sur les ondes de France Inter, consacrée à la professionnalisation des joueurs de haut niveau (dans les universités américaines notamment). Et il ne fallait pas non plus compter sur le soutien de Nagui, pour qui la professionnalisation des joueurs peut s'apparenter à "la revanche des poignéees d'amour".

Face à ce public pas franchement conquis, la journaliste ne s'est pas démontée et a tenté, à plusieurs reprises, de recentrer le débat et de convaincre ses interlocuteurs : "Excusez-moi mais je vous parle d'un phénomène important. Est ce qu'on peut éviter de faire des guerres de chapelle comme ça ? On peut très bien lire des bouquins et aimer jouer aux jeux vidéo".

Si la prestation de la journaliste a été massivement saluée sur les sites spécialisés et les réseaux sociaux (et par Ivan Gaudé, rédacteur en chef de notre partenaire Canard PC), elle n'a visiblement pas convaincu la nageuse, couronnée d'or aux Jeux olympiques d'Athènes en 2004 et qui restait, à la fin de la chronique, bien ferme sur ses positions : "J'ai toujours été contre les jeux vidéo, pour moi c'est s'abrutir devant la télé alors qu'il y a des gens à côté à qui parler, pour moi c'est nul".

Ironie de l'histoire, enfin, qui n'a pas manqué d'être soulignée par la communauté des gamers : Nagui a tourné, en 2011, une publicité pour... Nintendogs, un jeu vidéo sorti en 2011 sur la 3DS, console portable de Nintendo.

Mise à jour 14h35 : comme Antoine de Caunes avant lui, Nagui n' a pas tardé à présenter ses excuses à la communauté des gamers. Ce matin, sur les ondes de France Inter, dans l'émission qu'il anime quotidiennement de 10h à 11h, Nagui a reconnu que lui et son équipe étaient "tombés dans des clichés pour faire des vannes".

Et Nagui avait visiblement préparé ses excuses, n'hésitant pas à comparer sa chroniqueuse à Fiora, héroïne de... League of Legends.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

"Hogwarts Legacy" et transphobie, malaise des journalistes jeu vidéo

Face aux demandes de boycott, chaque rédaction s'adapte… jusqu'à parfois oublier d'informer le public

Profession reporter... à l'intérieur des jeux vidéo

Des joueurs s'improvisent journalistes dans des univers virtuels

Voir aussi

Ne pas manquer

DÉCOUVRIR NOS FORMULES D'ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT

(Conditions générales d'utilisation et de vente)
Pourquoi s'abonner ?
  • Accès illimité à tous nos articles, chroniques et émissions
  • Téléchargement des émissions en MP3 ou MP4
  • Partage d'un contenu à ses proches gratuitement chaque semaine
  • Vote pour choisir les contenus en accès gratuit chaque jeudi
  • Sans engagement
Devenir
Asinaute

5 € / mois
ou 50 € / an

Je m'abonne
Asinaute
Généreux

10 € / mois
ou 100 € / an

Je m'abonne
Asinaute
en galère

2 € / mois
ou 22 € / an

Je m'abonne
Abonnement
« cadeau »


50 € / an

J'offre ASI

Professionnels et collectivités, retrouvez vos offres dédiées ici

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.