Droit de manifester : 10 ans de lois détournées
article

Droit de manifester : 10 ans de lois détournées

Réservé à nos abonné.e.s
En France, depuis dix ans, le droit de manifester est grignoté par une succession de mesures, souvent détournées de leur objectif initial, qui permettent la répression des militants et la limitation des rassemblements. ASI fait le point sur la genèse de ces textes, votés sous Sarkozy, Hollande et Macron.

Militants assignés à résidence, perquisitionnés sur simple demande du préfet, interdits de manifestation, arrêtés sur simple suspicion d’une volonté de commettre des violences, ou simplement pour le port d’une protection contre le gaz lacrymogène... Dernier exemple en date : la garde à vue de 48 heures du journaliste Gaspard Glanz, arrêté entre autres pour "groupement en vue de commettre des violences et dégradations". Lors des derniers mouvements sociaux français, le droit de manifester a semblé nettement se restreindre. Cela est souvent dû à des mesures anti-terroristes ou anti-délinquants, mais recyclées par le ministère de l’intérieur pour pénaliser les manifestants et militants politiques. 

1. 2010 : la loi "anti-bandes" devenue lo...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.