Des syndicats policiers "en roue libre" sur Twitter
article

Des syndicats policiers "en roue libre" sur Twitter

Quatre journalistes nommément visés

Réservé à nos abonné.e.s
Comment un syndicat de commissaires de police s'est-il retrouvé, samedi 7 décembre, à publier un tweet qualifiant quatre journalistes, dûment nommés, de "menteur", "harceleur", "haineux" et "imposteur"? Le tweet a déclenché le dépôt d’une alerte auprès du Conseil de l’Europe, et témoigne de la montée d'un sentiment d'impunité. Enquête.

Les gestionnaires des comptes Twitter de certains syndicats de policiers perdraient-ils les pédales ? Des journalistes ayant critiqué la police dans des enquêtes et reportages sur la répression des manifestations pendant le mouvement des Gilets jaunes, comme celle du 16 novembre dernier, ou en opposition à la réforme des retraites, jeudi 5 décembre, avaient déjà fait l'objet d'attaques virulentes de la part de syndicats. Mais un nouveau palier semble avoir été franchi avec la publication par le Syndicat indépendant des commissaires de police (SICP), samedi 7 décembre, d’un tweet : "Dans ce combat anti police nationale, on vous présente les principaux acteurs." Se succèdent les noms de quatre journalistes (et un compte Twitter anonyme qui pa...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.