De Ruquier à l'AFP, beautés de l'omerta médiatique sur le Elka-crash
enquête

De Ruquier à l'AFP, beautés de l'omerta médiatique sur le Elka-crash

Chut ! Elkabbach est un confrère, un client, ou...le patron

Réservé à nos abonné.e.s
Médaille d'or du taiseux, Laurent Ruquier

Surtout, ne pas parler d'Elkabbach ! Pas un mot !

Le deuxième acte du magistral crash d'Europe 1, à propos de la fausse mort de Pascal Sevran (voir notre enquête) est encore plus stupéfiant que le premier.

Si la plupart des sites d'information ont largement couvert l'affaire, en revanche, plusieurs médias traditionnels se sont montrés d'une remarquable discrétion.

L'annonce erronée de la mort de Pascal Sevran par une des plus grandes radios françaises, sur ordre de son patron, Jean-Pierre Elkabbach ne passionne pas les médias. Est-ce parce qu'ils ne sont pas très à l'aise pour parler de leurs confrères, par solidarité professionnelle ou par h...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Des rédactions épinglées pour racisme et sexisme

Le compte Instagram "Balance ta rédaction" publie des témoignages

Avant Valls, Jeremy Ferrari avait déjà canardé le téléthon et Dieudonné

Qui est le nouveau Desproges-Coluche-Balavoine de l'écurie Ruquier

Avant Bouygues, d'autres faux morts au tableau de chasse des medias français

De Mérimée à Sevran, en passant par Trénet, Monica Vitti, le petit Louis, etc

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.