Dati, victime expiatoire
Brève Vidéo

Dati, victime expiatoire

Dati s'emmêle ; Dati chavire.

Il n'était question que du naufrage de la future ex-ministre, sur tous les sites de presse en ligne, tout au long de la journée de jeudi. A l'appui, quelques secondes de montage sonore, sans images, dans lesquelles on entend Dati, dans une réunion de jeunes UMP, répondre en hésitant et en pouffant à quelques questions techniques, sur le nucléaire ou sur les pouvoirs des institutions européennes.

pictoC'est Europe 1, qui a donné le signal du lynchage, en mettant en ligne son étrange montage.

Immédiatement, quelques opposants se sont déchaînés. Harlem Désir s'est dit "scandalisé". Bayrou a trouvé la prestation "troublante" et "confondante".

On restait pourtant frustré de l'image. Elle devait bien exister quelque part : c'est le Petit journal de Canal+ qui l'a diffusée le premier jeudi soir. Que voit-on ? Qu'il s'agissait d'un jeu, le "Grill". On n'en connaît pas les règles, certainement fines et sophistiquées. Mais il est conçu comme un moment de détente, manifestement parodique. Dépouillées du montage à charge d'Europe 1, les quintes de rire de Dati y apparaissent comme nettement moins scandaleuses, et pour tout dire innocentes.

Regardez pourtant les adversaires politiques de Dati, regroupés sur le plateau de Denisot : pour eux, ça ne change rien picto

La véritable bouffée d'hystérie dont Dati a été la victime non-stop sur toutes les ondes pendant vingt-quatre heures est-elle pour autant injustifiée ? Non, pas davantage que le tollé médiatique international suscité par la bravade présidentielle sur l'intelligence de Zapatero, à laquelle nous consacrons notre émission de cette semaine. Non, parce que ce déchaînement traduit une réalité : la désinvolture sarkozyste à l'égard des européennes (programme incertain, constitution des listes inachevée). Individuellement injustes, lorsque l'on examine à la loupe chacun de leurs objets, les crises d'hystérie provoquées par les lapsus sarkozystes multiformes sont pourtant collectivement justifiées. Ces lapsus sont des images fausses qui disent vrai.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.