cyber-démasqué par Mediapart, invité par Ruquier : le buzz "Obertone"
Brève Vidéo

cyber-démasqué par Mediapart, invité par Ruquier : le buzz "Obertone"

Facho, Réac ou simplement journaliste ? Samedi soir, le journaliste "Laurent Obertone" (qui écrit sous pseudo), était invité de l'émission de Laurent Ruquier dans "On n'est pas couché" sur France 2 pour son livre polémique "La France orange mécanique". Un livre dont Marine Le Pen fait la promotion dans une vidéo du FN. Dans plusieurs interviews, l'auteur se défend de toute proximité avec Marine le Pen. Mais une enquête de Mediapart a retrouvé les traces de sa participation à des blogs (mis hors ligne entretemps) d'extrême-droite, et l'auteur lui-même serait proche de l'extrême-droite.

Dans ce livre, le journaliste "Laurent Obertone" entend donner les "vrais chiffres" de la délinquance, et se pose en dénonciateur de "l'ensauvagement d'une nation". Dans l'émission "On n'est pas couché", Aymeric Caron rappelle que Marine le Pen fait la promotion de ce livre, mais Obertone de son côté réfute toute proximité avec le Front national et assure effectuer un travail d'enquête en dehors de tout biais idéologique.

Ecoutez picto

Pourtant, selon Mediapart, l'auteur s'avère être un "blogueur star de la "réacosphère". Mediapart a retrouvé un premier blog participatif auquel Obertone collaborait, sous le pseudo de "l'Ubiquiste", dès mai 2008, sur le site participatif come4news jusqu'en décembre de la même année. Au menu de cette page, six articles dont "Obama-le-métis ou le triomphe de la bêtise", ou "Lettre ouverte aux détracteurs invétérés de Jean-Marie Le Pen", cite Mediapart.

Surtout, selon Mediapart, Obertone crée en octobre 2008 un autre blog dans lequel il se nomme "le Pélicastre jouisseur, le blog de l'ubiquiste", qui va rapidement être repéré (ici ou ici) dans la blogosphère d’extrême droite. Dans la réacosphère, il est souvent cité comme "le pélicastre". Dans les commentaires, il signe "l'Ubiquiste". L'enquête se fonde sur des témoignages d'anciens de l'ESJ, qui ont "confirmé avec certitude, mais sous couvert de l'anonymat, qu'il était bien l'auteur de ce blog". Plusieurs anciens élèves ont toutefois refusé de répondre à Mediapart, raccrochant au nez de la journaliste.

Qu'écrivait le Pélicastre ? Selon le sociologue Yannick Cahuzac, interviewé par Mediapart, qui étudie les stratégies de l’extrême droite sur Internet : "Il n’affiche pas de soutien à un parti mais appartient au courant islamophobe et navigue entre la galaxie fdesouche et la fraction jeune de la réacosphère. Il est repris sur des sites comme “No country for white men”, “In-nocence” de l’écrivain Renaud Camus, sur le blog de Didier Goux mais aussi “Amiral Woland”, “Fromage Plus” ou “French Carcan”, qui, à travers un discours jeune et subversif, défendent un discours antimoderniste qui peut se révéler extrêmement réactionnaire. Sur “Fdesouche”, on retrouve beaucoup de commentaires renvoyant vers son blog". Dans les billets du Pélicastre qu'a retrouvés Mediapart, on peut lire par exemple : "Racistes? N’importe quel pays aurait déjà lynché et foutu dehors tout ce beau monde, quand les Français se contentent de voter puant, mais pas trop, de temps en temps".

Impossible de retrouver ce blog maintenant sur le web, Obertone ayant certainement tout fait pour faire disparaitre sa trace, estime Mediapart. Le blog cesse étonnamment toute activité à l'été 2012, à partir du moment où les éditions Ring préparent le plan média pour le livre d'Obertone. De son côté, Obertone réfute auprès de Mediapart toute participation à ce blog. D'après Atlantico, un autre blogueur aurait lui-même revendiqué être l'auteur du blog "le Pelicastre". Obertone a décidé de son côté de porter plainte contre Mediapart pour diffamation, et a écrit cette tribune mi-menaçante mi-ironique pour réfuter être ce blogueur d'extrême droite.

Qui est Laurent Obertone ? Une chose est sûre, ce n'est pas son vrai nom : le journaliste de 28 ans, diplômé de l’école supérieure de journalisme (ESJ) de Lille, dans la filière Presse hebdomadaire régionale, écrit sous pseudo, pour protéger sa famille, comme il l'explique sur France inter. Il affirme avoir reçu des "menaces à la suite de la parution de ce livre". Du côté de la direction de l'ESJ, contactée par Mediapart, on précise qu'Obertone a demandé que ne soit pas divulgué son vrai nom. "Il nous a dit qu'il nous en tiendrait pénalement responsables. Et le soir même, il était en conférence à la librairie du Furet du Nord. C'est un peu bizarre comme anonymat… " Tout comme d'aller à visage découvert, un samedi soir, chez Laurent Ruquier...

Notons le choix étonnant de Ruquier d'accorder autant de temps à Obertone, jeune journaliste qui n'est pas connu en tant que spécialiste du sujet qu'il traite. Une place dévolue habituellement à des personnalités de premier plan, ou spécialistes dans leur domaine. Lors de ses dernières émissions, se sont par exemple retrouvés sur le fauteuil de l'invité le ministre de l'Education Vincent Peillon, David Pujadas pour son livre avec l'imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, "Agissons avant qu'il ne soit trop tard", Jeannette Bougrab, ancienne présidente de la Halde, ou encore Michèle Tabarot, secrétaire générale de l'UMP.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.