Comment le terme "ensauvagement" s'est imposé
article

Comment le terme "ensauvagement" s'est imposé

Réservé à nos abonné.e.s
Popularisé par l'extrême droite et le Rassemblement national, le mot "ensauvagement", a été repris cet été par le ministre de d'Intérieur Gérald Darmanin, et plus récemment assumé par sa ministre déléguée Marlène Schiappa. Les talk-shows adorent le vocable. Comment en est-on arrivé là ?

"Moi j’entends qu’il y a un débat de mots entre ensauvagement, généralisation, banalisation de la violence, je crois que c'est le rôle du ministre de l’Intérieur d'avoir des mots forts et d'être offensif. (...) Je crois qu'il a tout à fait raison de l'utiliser ce terme." Le 31 août sur France Inter, Marlène Schiappa, désormais ministre déléguée à la Citoyenneté, valide. Le 1er septembre sur Europe 1, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti est, lui, sceptique : "L’ensauvagement, c’est un mot qui développe, me semble-t-il, le sentiment d’insécurité." Un sentiment alimenté, entre autres, par "le discours populiste, la surenchère, ceux qui en rajoutent en permanence." Ce débat par médias interposés fait suite à l'utilisation par Gérald Darmani...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.