Course au scoop libyen : Le Monde devant Mediapart
Brève Vidéo

Course au scoop libyen : Le Monde devant Mediapart

Trente minutes d'avance. C'est le temps de référence du Monde qui a grillé Mediapart, jeudi 15 mai, dans la course au scoop libyen. Les deux sites ont révélé de nouvelles écoutes téléphoniques de Nicolas Sarkozy montrant que l'ex-locataire de l'Elysée a voulu faire pression sur le patron de la DCRI pour connaître l'état d'avancée de l'enquête sur le financement supposé de sa campagne de 2007 par Kadhafi. Seule différence (de taille) : quand Le Monde rajoute un encadré pour expliquer que les preuves de ses accusations manquent, Mediapart se garde bien de le préciser.

Il n'y a pas que la course au clic sur le web. Entre sites sur abonnement, il y a également une course au scoop. Illustration avec la journée du 15 mai. A 11h50, Lemonde.fr publie en avant-première une enquête à paraitre dans son édition papier de l'après-midi : les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme ont obtenu de nouveaux extraits des écoutes téléphoniques de Sarkozy. "Ces interceptions, Le Monde les révèle aujourd'hui. Elles mettent au jour un système. Une méthode. Elles montrent un ex-président de la République qui fait pression sur des hauts fonctionnaires, à la limite du trafic d'influence, les poussant à violer le secret auquel ils sont astreints. Elles donnent l'impression d'un homme aux abois", peut-on lire sur le site. Avec quelques extraits à l'appui : "Bon mais il nous est fidèle, lui ?", se demande par exemple Sarkozy à propos du patron de la DCRI. Ces écoutes montrent que Sarkozy est inquiet de la tournure que prend l'enquête sur le financement supposé de sa campagne de 2007 par Kadhafi.

Pression dans Le Monde

Trente minutes après la publication de l'article du Monde, surprise : Mediapart publie quasiment le même article.

Pression sur Mediapart


Fabrice Arfi, à l'origine des révélations de cette affaire dès 2012, a eu accès aux mêmes documents que les journalistes du Monde. Un article était visiblement en préparation, mais ce jeudi 15 mai, Mediapart s'est fait griller par Lemonde.fr. Pas grave : Mediapart ne le mentionne pas et publie quelques minutes plus tard son article. Qui commence ainsi : "Mediapart révèle le contenu de nouvelles écoutes judiciaires qui montrent que Nicolas Sarkozy s'est étonné l'été dernier du peu de coopération de l'actuel patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans l'affaire Kadhafi". Ce n'est que dans le corps de l'article que Mediapart cite Le Monde, sur deux faits précis de l'affaire.

picto Mediapart dégaine son article trente minutes après Le Monde

"Des accusations mais pas de preuves" (Le Monde)

Deux articles et des révélations identiques ? Pas tout à fait. Car quand Mediapart insiste sur les écoutes et les accusations de financement libyen, à hauteur de 20 millions de dollars, Le Monde relève tout de même dans un deuxième article que "si les conversations captées sur le téléphone de Michel Gaudin (...) sont, sur la forme, embarrassantes pour Nicolas Sarkozy, elles semblent lui être plutôt favorables sur le fond. A aucun moment, en effet, ni l'ex-chef de l’État ni son directeur de cabinet ne livrent d'indications susceptibles d'étayer le soupçon d'un financement illicite libyen de sa campagne électorale de 2007. M. Sarkozy va même jusqu'à qualifier ces accusations de « fables »".

Certes, cela ne signifie pas que ce financement n'a pas existé, mais Le Monde souligne bien que les juges "peinent toujours à assembler des preuves". C'est d'ailleurs ce que Fabrice Lhomme répéte dans une vidéo placée dès le début de l'article en ligne sur les révélations de ces écoutes. "Si on comptait sur ses écoutes pour conforter ses accusations, il faudra repasser", assure le journaliste.

Une nuance de taille picto

Si vous avez raté le début du feuilleton, lisez notre résumé de cette affaire libyenne.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.