Correspondants en Russie : s'autocensurer ou partir
article

Correspondants en Russie : s'autocensurer ou partir

Ils n'écrivent (presque) plus le mot "guerre"

Réservé à nos abonné.e.s
Une nouvelle loi russe censure les discours explicites sur la guerre en Ukraine. Les correspondants de médias français exerçant à Moscou s'inquiètent donc de leur possible éviction, ou, pire, de poursuites judiciaires qui pourraient conduire à une incarcération. Une inquiétude alimentée par le ministère des Affaires étrangères français. Résultat : certains sujets sont pour l'instant considérés comme inenvisageables, et le mot "guerre" est désormais utilisé avec d'immenses précautions.

Huit jours après l'invasion de l'Ukraine, il est devenu impossible en Russie de "disséminer de fausses informations" ou de "discréditer les forces armées russes", sous peine de fortes amendes ou même de prison. Ce vendredi 4 mars, tout change pour les journalistes français travaillant à Moscou. Quelques-uns l'annoncent sur Twitter. "En raison des lois adoptées par la Russie dans le cadre de son «opération spéciale» en Ukraine, je préfère ne plus publier ici", indique le correspondant du Monde Benoît Vitkine, tout en précisant que "ça ne change rien" à sa couverture de la Russie dans son journal. "Ce compte va observer une pause le temps d'évaluer les répercussions des nouvelles dispositions prises en Russie", annonce le lendemain ...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Ses journalistes veulent partir, mais RT veut reprendre l'antenne

Après son interdiction dans l'Union européenne, RT France vise l'Afrique francophone

Nupes : radiographie d'une panique éditoriale

"Le soleil bolivarien sur une piscine municipale envahie de burkinis" ("Le Figaro")

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.