Cigarette électronique et querelles fumeuses
article

Cigarette électronique et querelles fumeuses

Une étude contestée de 60 Millions de consommateurs

Réservé à nos abonné.e.s
La cigarette électronique de nouveau passée à tabac ? Après les conclusions sceptiques d’un rapport rendu à la ministre au mois de mai, le magazine 60 Millions de consommateur de l’Institut national de la consommation estime que l’e-cigarette, "véritable phénomène de société", contient des substances potentiellement cancérigènes et donc n'est pas sans danger. Les adeptes de cette machine à vapoter crient au complot et dénoncent une étude peu scientifique. La querelle est-elle d’ordre sanitaire ou simplement médiatique ? Réponse potentiellement sans danger pour la santé.

Petit exercice de rétropédalage : invité hier dans le Grand journal sur Canal+, le rédacteur en chef du magazine 60 Millions de consommateurs, Thomas Laurenceau, nie avoir écrit que la cigarette électronique tue et se garde d'avoir voulu en interdire l'usage. Selon lui, l’enquête menée par le magazine de l’Institut national de la consommation révèle seulement la présence de molécules potentiellement cancérigènes et conclut que l’utilisation de l’e-cigarette – ou vapoteur – n’est pas anodine.

Regardez la séquence du Grand Journal. De Caunes lançant la discussion avec un sybillin : alors,...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.