Chikungunya : un insecticide interdit en Europe, autorisé en Guyane
article

Chikungunya : un insecticide interdit en Europe, autorisé en Guyane

Mobilisation en Outre-Mer contre le malathion, faible propagation de l'info en métropole

Réservé à nos abonné.e.s
Attention, ça pique. L'épidémie du chikungunya, virus qui se transmet par les moustiques, a déjà touché plus de 135 000 personnes aux Antilles et dans les Caraïbes depuis le mois de février, selon l’Institut de Veille Sanitaire (InVS). Et pour stopper cette épidémie, le quotidien France-Guyane révèle que le gouvernement vient d'autoriser provisoirement l'utilisation d'un insecticide pourtant interdit en métropole. Toxique en Europe et inoffensif en Outre-Mer ? Le malathion, c'est son petit nom, suscite de nombreuses inquiétudes en Guyane (mais aussi en Nouvelle-Calédonie). Pétition, page Facebook : la mobilisation s'organise et la polémique enfle en Outre-Mer. En revanche, en métropole, pas d'inquiétude : à quelques rares exceptions près (France Info, FranceTV Info), le malathion n'a eu aucun effet médiatique notable en ce long week-end du 15 août.



Fortes fièves, douleurs articulaires intenses : tels sont les principaux symptômes du virus du chikungunya qui se transmet à l'homme par une espèce de moustiques (Aedes aegypti ou albopictus). Depuis le mois de février, l'épidémie se répand en Outre-Mer et dans les Caraïbes. Selon les derniers chiffres de l'InVS, relayés par l'AFP, 31 décès liés à ce virus ont été recensés dans les collectivités et départements français. Essentiellement des personnes âgées vulnérables, qui ne résistent pas au virus.

Près de 135 000 personnes auraient déjà ét&eacute...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.