Change.org : les efficaces recettes du "pétition business"
enquête

Change.org : les efficaces recettes du "pétition business"

M6, Carla Bruni, SNCF : le bel été des campagnes de signatures en ligne

Réservé à nos abonné.e.s
Ces derniers mois, les pétitions qui font l'actualité ont toutes sans exception été lancées grâce à une même plateforme: "change.org". Fondée aux Etats-Unis, Change.org a débarqué en France l'année dernière. En l'espace de quelques semaines, nous avons évoqué sur le site trois de ces pétitions : celle qui fait étonnamment un carton en plein été, avec plus 100 000 signatures, pour demander à Carla Bruni de rembourser les 410 000 euros dépensés pour le site de sa fondation, celle lancée par une fan de métal, pour dénoncer un reportage jugé partial de M6, et celle lancée par une association d'usagers de chemin de fer, (l'Avuc), pour demander un open data des données de la SNCF. Pétition annoncée dans notre émission ici. Bref, Change est devenu un vrai carrefour de mobilisation. Comment fonctionne cette plate-forme qui se présente comme un nouveau réseau social ?
Lancer une pétition, le concept n'est pas nouveau. Mais avec Change.org, l'impact est démultiplié. Lancé en 2007 par deux étudiants américains, le site est arrivé en France en mars 2012. Actuellement, il enregistre 800 nouvelles pétitions par mois dans l'hexagone, 1500 par jour dans le monde entier. 1,5 millions de personnes en France ont déjà signé ou lancé une pétition sur le site Change.org, selon les chiffres donnés par l'entreprise. La France est d'ailleurs un des pays où le concept séduit le plus : le pays arrive en 4e position du nombre d'utilisateurs, après les Etats-Unis (16 millions), l'Espagne (4,5 millions), ...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Elle : Le féminin dans tous ses ébats

Promenade épilée dans le magazine féminin, entre Aristophane et Lars von Trier

Elise Lucet pétitionne contre le "secret des affaires"

Craintes autour d'une directive européenne sur l'espionnage industriel

Taratata supprimée : dernier ( ?) épisode d'une histoire mouvementée

France Télévisions déprogramme trois émissions culturelles

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.