"Challenges" pro-Macron selon ses propres journalistes
Brève

"Challenges" pro-Macron selon ses propres journalistes

Pro-Macron, Challenges ? C'est l'avis de la société des journalistes de Challenges qui, dans un communiqué interne, dénonce une fréquence trop élevée d'éditoriaux pro-Macron publiés sur le site. Et des interventions "déplacées", suite à la publication d'articles plus critiques.



Challenges roule-t-il pour Macron ? De l'avis même des journalistes de Challenges, la question se pose. Dans un communiqué daté du 16 mars, publié quinze jours plus tard par Acrimed, le bureau de la société des journalistes (SDJ) de l'hebdo formule plusieurs "observations".

La première : dans la version papier de l'hebdo, la ligne non-partisane de Challenges est "plutôt correctement observée". À une exception près, selon eux : la Une du 19 janvier 2017 titrée "Gauches : le boulevard fait à Macron". Sur cette Une en particulier, la SDJ observe un "traitement photographique déséquilibré".

nouveau media

Ce que la SDJ souhaite dénoncer dans ce communiqué, c'est davantage le nombre trop élevé de chroniques pro-Macron, ou défavorables à ses adversaires, publiées sur leur site internet depuis décembre. Pour les journalistes, qui ont listé les chroniques en question (voir ci-dessous un petit échantillon), "la fréquence bien plus élevée des articles de Bruno Roger-Petit et de Maurice Szafran, par rapport à celles des autres éditorialistes, annihile totalement la tentative de rééquilibrage".

nouveau media
nouveau media
nouveau media
nouveau media

Dans la dernière partie de son communiqué, la SDJ déplore des "interventions multiples et déplacées" de Szafran auprès de la direction et de l'équipe web, suite à la parution d'un article critique à l'égard de Macron, paru le 14 mars et intitulé "Où sont les millions de Macron ?".Challenges y annonçait que l'ONG anti-corruption Anticor venait de saisir la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP), estimant "incohérente" la déclaration de patrimoine du candidat à la présidentielle déposée en octobre 2014, au regard des sommes perçues par Macron chez Rotschild entre 2008 et 2012. Depuis, la HATVP a indiqué qu'aucun élément ne justifiait l'ouverture d'une enquête.

nouveau media

Dans son communiqué, la SDJ évoque aussi un coup de téléphone "d'un communicant de Macron" après la publication de cet article. Ajoutant : "Le bureau se demande à quel titre dans la rédaction sont effectuées ces interventions".

Ces questions s'étaient déjà posées, au sein de Challenges, en novembre 2016 après la publication d'une interview fleuve de Macron, qui devait être suivie d'entretiens similaires avec les autres candidats. Cela n'a jamais été le cas.

L'occasion de revoir notre émission sur Macron, candidat des médias, avec Bruno Jeudy (Paris Match) et Mathieu Magnaudeix (Mediapart) : "Macron, ça booste les ventes"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.