Candidate et religion : en 2009, une croix...
Brève

Candidate et religion : en 2009, une croix...

La candidature d'une femme voilée aux prochaines élections régionales, portant les couleurs du NPA a suscité de très vives réactions au sein de la classe politique. "Atteinte aux principes de la laïcité", "coup médiatique", "aberration" : les coups et les critiques fusent de toutes parts. Pourtant, ce n'est pas la première fois qu'une candidate affiche publiquement ses croyances religieuses en pleine campagne électorale.

Sa candidature a fait un tollé. Ilham Moussaïd, jeune femme voilée investie dans le Vaucluse par le Nouveau Parti Anti-capitaliste, se retrouve au coeur d'une vive polémique.

Accusant le NPA de jouer avec le feu, et d'introduire le fait religieux sur la place publique en pleine campagne électorale, les responsables politiques de droite comme de gauche n'ont pas cessé depuis moins d'une semaine de critiquer la stratégie électoraliste du partie d'Olivier Besancenot.

Hier, dans Dimanche + sur Canal, la députée PS, Aurélie Filippetti, a même conseillé à Olivier Besancenot de relire Karl Marx qui assimilait la religion à "l'opium du peuple".

picto Libération dimanche 7 février 2010

Invité ce matin de Jean-Jacques Bourdin, sur RMC et BFM TV, Olivier Besancenot s'est défendu d'enfreindre la laicité : "Imaginons l'Abbé Pierre, aujourd'hui, qui reviendrait avec sa soutane, la classe politique hurlerait, comme elle hurle aujourd'hui, pour lui réclamer de retirer sa soutane?".

Pas de soutane à Aix-en-Provence mais un crucifix !

la laicité ou le deux poids deux mesures

Comme le fait remarquer Cécile Duflot dans une video sur le nouvelObs.com, la députée-maire UMP d'Aix-en-Provence, Maryse Joissans-Masini réélue de justesse à la tête de sa commune en juillet 2009, se présentait sur une affiche de campagne avec un crucifix. Si l'on retient le principe laïque selon lequel la religion doit rester dans le domaine privé et ne pas s'afficher en publique, on peut donc estimer qu'il s'agit d'un signe manifeste d'ostentation religieuse.

Affiche de campagne de Maryse Joissains en 2009 picto

Pourtant personne ne l'a fait remarquer à l'époque à la candidate UMP et cette atteinte à la laïcité n'avait guère suscité de polémique à l'échelle nationale. Peut-on parler d'une laïcité à deux vitesses ?

(Par Guillaume Stoll)

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.