Boulangers octogénaires : histoire insolite, ou symptôme de crise ?
enquête

Boulangers octogénaires : histoire insolite, ou symptôme de crise ?

Médias locaux et nationaux n'ont pas vu la même chose

Réservé à nos abonné.e.s
Il a suffi d'une dépêche AFP pour qu'ils deviennent des "superstars". Un couple de retraités âgé de plus de 80 ans a repris une boulangerie à Clermont-Ferrand. A la retraite depuis 1999, ils ont décidé de rempiler, jugeant que leur pension de 1000 euros "est un peu juste". Une bien belle histoire qui s'insère parfaitement dans un contexte de crise. Du pain béni pour TF1, France 2, M6 et de nombreux journaux, qui ont traité le sujet dès le 9 novembre, soit une dizaine de jours avant l'ouverture de la boulangerie. Et les journalistes ont manifestement bien fait d'aller vite : le couple vient de fermer temporairement la boulangerie pour raisons de santé après dix jours seulement d'ouverture.



Du storytelling comme on l'aime. Sauf que cet emballement a laissé perplexes certains journalistes locaux. Car en insistant sur l'aspect économique, la plupart des médias nationaux ont gommé l'autre dimension de l'histoire : ces retraités ont aussi repris l'activité parce qu'ils s'ennuyaient. Ou comment une histoire simplement insolite à Clermont-Ferrand est devenue un récit un peu misérabiliste sur la crise.


Le schéma est classique : une information locale, reprise par l'AFP, relayée par les médias nationaux. Début novembre, France Bleu Pays d'Auvergne raconte l'histoire d'un couple de retraités qui a décidé de racheter une boula...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.