Bolloré poursuit France Inter en diffamation
enquête

Bolloré poursuit France Inter en diffamation

Au coeur du dossier : la place du groupe en Afrique

Réservé à nos abonné.e.s
L'information est passée relativement inaperçue. Ce mardi 15 décembre, deux journalistes de France Inter étaient poursuivis pour diffamation par le groupe Bolloré devant le tribunal correctionnel de Paris.

Visé par la plainte : un long reportage consacré aux activités de Bolloré au Cameroun, qui s'étendent de l'exploitation du port de Douala et de plantations de palmiers à la gestion de lignes de chemin de fer. Le reportage ne comporte pourtant aucune révélation fracassante. Mais la réaction du groupe donne une idée de la susceptibilité de Bolloré sur ses affaires africaines.
original.21216[1]

"Cameroun : l'empire noir de Vincent Bolloré." L'enquête de Benoît Collombat, diffusée sur France Inter le 29 mars dernier dans l'émission Interception, présentée par Lionel Thompson, vaut aux deux journalistes, ainsi qu'à Jean-Paul Cluzel, président de Radio France à l'époque, d'être attaqués pour diffamation. Vincent Bolloré, à la tête d'un conglomérat industriel très diversifié, n'a pas apprécié de voir ses activités camerounaises critiquées. Il est vrai que le reportage se veut sévère (surinterprétant d'ailleurs parfois tous les témoignages à charge recueillis sur l'inefficacité économique, ou la pratique sociale du groupe), présentant pendant quarante minutes les "dessous" de trois secteurs d'activité contrôlés, ...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.