Bolloré : La leçon d'humour de Charline Vanhoenacker (France Inter)
Brève Vidéo

Bolloré : La leçon d'humour de Charline Vanhoenacker (France Inter)

Charline Vanhoenacker en remet une couche. La chroniqueuse, qui avait déjà attaqué Vincent Bolloré dans l'une de ses chroniques sur France Inter, a récidivé ce 24 septembre. A l'occasion de l'audition du

PDG du groupe Canal+ par le CSA, la journaliste ironise sur "le CSA qui doit expliquer l'humour à Vincent Bolloré".

En 1996, les Guignols riaient en imaginant, dans leur célèbre sketch "Cule un mouton", le directeur de Canal+ Alain de Greef tentant d'expliquer "l'humour Canal" au CSA. Aujourd'hui, grince la chroniqueuse de France Inter Charline Vanhoenacker, "l'histoire a retourné ce sketch comme une crêpe bretonne" : "c'est le CSA qui doit expliquer l'humour à Vincent Bolloré". Extrait de l’audition telle qu'imaginée par Vanhoenacker : "Expliquez-nous votre stratégie pour le groupe Canal+, monsieur Bolloré." "Vous êtes viré! Vous avez cité mon nom, vous êtes viré ! C’est un réflexe", bondit l'industriel, joué par Guillaume Meurice :

 

La journaliste avait assuré le 21 septembre, lors de la troisième édition de "Télérama Dialogue" que la station avait reçu des plaintes de Canal+ à la suite de sa chronique du 8 septembre, ajoutant que cela avait "fait son bonheur". Cette information a néanmoins été démentie par France Inter et Canal+.

Vanhoenacker aurait par ailleurs été également écartée du projet de talk-show de Canal+ "Antoine s'en mêle", qui sera mis à l'antenne prochainement. Elle n'est pas la seule : Franck Annese, dont le magazine Society a publié fin juillet une enquête sur Bolloré et sa prise de pouvoir à Canal+, ne participera pas non plus au projet. Circonstance aggravante pour Annese aux yeux de Bolloré ? L'un des investisseurs de son magazine est... Renaud Le Van Kim, ex-producteur du Grand Journal, remercié par l'industriel début juillet.

À l'issue de l'audition du CSA sur laquelle ironisait l'humoriste, Bolloré s'est engagé à "créer un comité d'éthique auprès de Canal+" afin de "garantir, sous le contrôle du CSA, l’indépendance éditoriale comme celle de l’information". Pas certain que cela suffise à faire taire Vanhoenacker.

(Par Lucie Terreros)

L'occasion de se replonger dans notre dossier : "Bolloré, contre la dérision et les enquêtes"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.