Big brother français : vérités et intox sur la surveillance d'Internet
enquête

Big brother français : vérités et intox sur la surveillance d'Internet

Ce que cache (ou pas) la loi de programmation militaire 2014-2019

Réservé à nos abonné.e.s
Doit-on revenir au yaourtophone des écoliers pour éviter la surveillance de nos communications ? Après les accusations du Monde, début septembre, sur l'existence, réelle ou supposée, d'un "big brother à la française", les craintes d'une surveillance accrue de nos communications mobiles et électroniques refont surface via, cette fois-ci, la loi de programmation militaire 2014-2019 (LPM). Une menace résumée ainsi par Le Figaro : "Téléphone, Internet : l'État pourra bientôt tout espionner". Une affirmation tempérée par Le Monde et Rue89, lesquels soufflent le chaud et le froid sur ce projet de loi, déjà examiné par le Sénat et qui est revenu à l'Assemblée cette semaine. Alors avant d'abandonner votre smartphone au profit du yaourt à fil pour préserver votre vie privée, @si tente de démêler les alarmes justifiées, et les autres.

Seule véritable nouveauté : la géolocalisation en temps réel.

Il ne s'agit pas de l'affaire Snowden, du nom de cet Américain qui a révélé l'espionnage de grande ampleur mis en place par les Etats-Unis. Ils n'est pas non plus question des dernières révélations de Mediapart (article payant) sur Pergame, un programme illégal de géolocalisation, vite abandonné par le ministère de l'Intérieur après trois mois d'expérimentation. Non, le nouvel épisode du feuilleton "Big brother" se déroule à l'Assemblée nationale. Mardi 26 et mercredi 27 novembre, les députés examinaient le projet ...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.