Ben Laden : Seymour Hersh, le journaliste controversé qui conteste la version officielle
article

Ben Laden : Seymour Hersh, le journaliste controversé qui conteste la version officielle

Un scoop dont le New Yorker n'a pas voulu

Réservé à nos abonné.e.s
Un scoop d’un journaliste du New Yorker… dont le New Yorker ne semblait pas vouloir. Pour le journaliste d’investigation américain Seymour Hersh, l’administration Obama ment depuis 2011 sur les conditions de la mort de Ben Laden, tué par des soldats américains au Pakistan. Le reporter du New Yorker, passé par le New York Times et lauréat du prix Pulitzer en 1969, affirme que les services secrets pakistanais savaient depuis 2006 où était le chef d’Al-Qaida et qu’ils ont collaboré avec l’armée américaine, contrairement à ce qu’affirme la Maison Blanche. Mais la presse américaine, y compris le New Yorker qui n’a pas publié l’article, reste particulièrement prudente. En jeu, la balance entre les faits d’armes spectaculaires du journaliste, reconnus par tous… et quelques casseroles embarrassantes.

Quand un lauréat du prestigieux prix Pulitzer, qui a par ailleurs révélé deux des plus gros scandales de l’histoire de l’armée américaine, se penche sur la mort de Ben Laden, forcément, on écoute. Dans son dernier (long) papier, à paraître le 21 mai en kiosque mais déjà disponible en ligne, Seymour Hersh estime que la version de la Maison Blanche concernant la mort de Ben Laden aurait "aussi bien pu être écrite par Lewis Carroll" (célèbre auteur des Aventures d’Alice au pays des merveilles). "Le plus gros mensonge est que les deux principaux chefs militaires pakistanais n’auraient pas été inform...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.