Auto-dérision, transphobie, sexisme : c'était la rentrée de Canal+
article

Auto-dérision, transphobie, sexisme : c'était la rentrée de Canal+

Réservé à nos abonné.e.s
A quoi ressemble désormais Canal+, depuis que Bolloré y a fait le ménage ? Qu'est devenu Le Grand Journal sans Maïtena Biraben ? A quoi ressemble Le Petit Journal sans Yann Barthès, qui reviendra la semaine prochaine sur TMC ? La chaîne de plus en plus cryptée faisait sa rentrée hier, 5 septembre. @si était devant le poste.

Le générique est toujours le même mais autour du plateau du Grand Journal, ils ne sont que deux à avoir survécu à la reprise en main musclée de Canal+ par Bolloré : Victor Robert, qui présentait l'an dernier le JT dans la même émission, et Augustin Trapenard. Assis à la place de Biraben, licencée pour "faute grave", Robert marche sur des braises : "Bienvenue sur le plateau du Grand Journal. Je suis heureux d'être assis sur ce fauteuil mythique, bien qu'éjectable", lâche-t-il, pour commencer.

Le Grand Journal n'est plus ce grand vaisseau amiral où se bousculait, du temps de Denisot, tout le gratin politico-médiatique, fr...

Il vous reste 89% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Abonnements partout, football nulle part

Le coût du football en fait-il perdre le goût ?

2010 : quand les médias bashaient Bachelot

... mais la réhabilitation médiatique oublie sa loi de 2009, qui lançait le mouvement de fermeture des lits

Entre poire et fromage, le CSA assume sa timidité face à CNews

Son patron, Roch-Olivier Maistre, s'est expliqué face aux journalistes médias

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.