A Versailles, ultime ( ?) bataille médiatique autour de Kerviel
article

A Versailles, ultime ( ?) bataille médiatique autour de Kerviel

Réservé à nos abonné.e.s
Coup de théâtre dans l’affaire Jérôme Kerviel : après trois jours d’audience à la cour d’appel de Versailles, l’avocat général, considérant que la Société générale était responsable, a requis le 17 juin le rejet de la demande de dommages et intérêts de 4,9 milliards d'euros formulée par la banque à l’encontre de son ancien trader. Cette issue, (si elle est confirmée lors du prononcé de l'arrêt le 23 septembre), signe-t-elle (aussi) la fin du bras de fer médiatique entre les chroniqueurs judiciaires anti-Kerviel et les journalistes qui ont soutenu le trader ?

Jérôme Kerviel est coupable, mais la Société générale est responsable. C’est en substance les propos de l'avocat général Jean-Marie D'Huy à l’issue des trois jours d’audience qui se sont déroulés du 15 au 17 juin à la cour d'appel de Versailles. Suite à l’arrêt de la Cour de cassation de mars 2014, la cour d’appel était chargée du volet civil, à savoir examiner le bien-fondé du préjudice de la banque qui réclame à son ancien trader 4,9 milliards d’euros mais aussi de déterminer les responsabilités de chacun. En revanche, la cour ne revenait pas sur ...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.