"A l'Académie, ils pensent encore qu'Ève vient d'Adam"
article

"A l'Académie, ils pensent encore qu'Ève vient d'Adam"

Offert par le vote des abonné.e.s
Entretien avec la linguiste Eliane Viennot sur le feu vert donné ce jeudi 28 février par l'Académie française à la possibilité de féminiser les noms de métiers. Le rapport, dit-elle, est rempli de sottises, mais c'est le geste qui compte...

L'Académie française aurait-elle baissé les armes, de guerre lasse ? Après des décennies à ferrailler contre l'écriture inclusive et la féminisation des noms de métiers (en 2014 et 2017 par exemple), les Immortelles et  Immortels ont adopté jeudi 28 février, à "une large majorité",  un rapport estimant qu'il n'existe "aucun obstacle de principe à la féminisation des noms de métiers et de professions"

AF Ouest-France

Arrêt sur images a demandé à Eliane Viennot (que nous recevions en 2017), professeuse émérite de littérature française, de commenter ce rapport, qui, s'il constitue une rupture dans la position de l'Académie, reste très prudent sur le fond, se contentant d'avaliser à demi-mots des termes déjà largement utilisés. 

ASI : - Est-il courant que l'Académie française publie ce type de rapport ? 

Eliane Viennot : - C'est exceptionnel, d'habitude elle se contente de déclarations. La publication de ce rapport est liée à la demande de la Cour de cassation, en avril 2017

Huff post académie

L'Académie avait répondu en novembre 2017 qu'elle allait s'y mettre, puis elle s'est visiblement rendormie pendant un an. C'est seulement en décembre 2018 que la commission s'est mise au travail. D'ailleurs, la commission n'est constituée que de seconds couteaux [quatre académiciens et académiciennes ont travaillé sur ce rapport : Gabriel de Broglie, Danièle Sallenave, Michael Edwards et Dominique Bona, NDLR]. Les deux femmes présentes dans cette commission sont en rupture avec la vision de l'Académie, puisqu'elles se font maintenant appeler "académiciennes", ce sont des semi-réfractaires! Aucune personne de la commission "dictionnaire" n'a participé, et Hélène Carrère d'Encausse, la secrétaire perpétuelle de l'Académie, n'a pas présenté le rapport. Je pense d'ailleurs qu'elle a voté contre, elle qui persiste à se faire appeler "académicien". 

ASI : - Sans donner de recommandation, le rapport de l'Académie note que pour les métiers se terminant en -eur au masculin, il est souvent préféré la forme -eure au féminin, plutôt que -esse ("docteure" plutôt que "doctoresse" par exemple), parce que la seconde forme "constitue une marque jugée excessive du sexe féminin ou revêt une nuance dépréciative". Est-ce ce que vous constatez ?

Eliane Viennot : - Mais c'est justement l'Académie française qui a donné une nuance dépréciative à "doctoresse" ! Les féminins en -esse étaient une pratique très courante jusqu'à ce que l'Académie ne les tue, au milieu du 17e siècle. Nous avons des lettres que s'échangeaient des académiciens en 1630, au moment où il était question de faire rentrer la femme de lettre Marie de Gournay dans l'institution. L'un écrivait "je préfère philosophe à philosophesse", alors que le second terme était utilisé à l'époque. Donc c'est eux qui ont décidé que les féminins en -esse étaient ridicules. Il faudrait qu'ils disent "nous levons la prescription sur les -esse", mais il ne sont pas prêts à l'autocritique.

"Ca fait 30 ans que les femmes se font appeler "ambassadrices""

ASI : - Le rapport estime aussi que "les femmes placées à la tête d’une mission diplomatique ne souhaitent pas nécessairement de nos jours être désignées par" le terme "ambassadrice", celui-ci se référant à la femme de l'ambassadeur. Pensez-vous que ce soit effectivement le cas aujourd'hui? 

Eliane Viennot : - C'était déjà l'argument de Peyrefitte [Alain Peyrefitte, académicien de 1977 à sa mort en 1999, NDLR] en 1984. 

Alain Peyrefitte acad

Ce qui est dégueulasse, c'est qu'ils mettent sur le dos des femmes des choses qui sont de leur fait. Cela fait des décennies qu'ils répètent que l'ambassadrice, c'est la femme de l'ambassadeur, alors ce n'est pas étonnant que les femmes en ambassade ne veuillent pas se faire appeler "ambassadrice". Mais même cela, ce n'est plus vrai, ça fait maintenant 30 ans que les femmes en ambassade se font appeler "ambassadrices". Dans la première édition du dictionnaire de l'Académie française, il y avait d'ailleurs deux définitions à ambassadrice, et la première était "dame envoyée en ambassade". Tout simplement parce qu'à l'époque, Louis XIV avait des ambassadrices. Un même mot peut avoir plusieurs définitions, ce n'est absolument pas un problème.

"Les métiers qui nécessitaient un diplôme étaient réservés aux hommes"

ASI : - Le rapport considère plus loin que les avocates du barreau "répugnent encore souvent à être appelées "avocates""...

Eliane Viennot : - C'est vrai qu'il y a encore plein de femmes qui ne veulent pas du mot "avocate", mais c'est le produit d'une longue intimidation qui existe depuis le début du 20e siècle. Les métiers du droit sont au cœur de ceux dont les hommes ont eu très longtemps le monopole. Du 13e au 20e siècle, tous les métiers qui nécessitaient un diplôme étaient réservés exclusivement aux hommes. A la fin du 19e, les femmes commencent à rentrer à l'Université, et quelques décennies plus tard, elles accèdent aux métiers dont les hommes avaient le monopole. Ce n'est plus verrouillé, mais ça reste très compliqué, et quand elles rentrent dans ces métiers, on leur fait comprendre qu'elles n'ont qu'un strapontin, qu'il faut qu'elles rasent les murs, et gardent la forme masculine de leur métier, pour que rien ne change. Beaucoup de femmes ont complètement intégré ceci, c'est pourquoi certaines veulent encore se faire appeler "avocat". 

ASI : - Est-ce gênant que deux termes féminins désignant un même métier coexistent, par exemple "auteure" et "autrice"?

Eliane Viennot : - "Dans "auteure", on n'entend pas le "e". Donc à l'oral, tout le monde entend un mot masculin. En cela, je pense que ce mot est problématique. En revanche, que deux termes comme "autrice" et "autoresse" cohabitent, ce n'est pas un problème, cela arrive souvent. Dans ces cas-là, en général, l'un des deux termes tombe en désuétude, ou bien le sens des deux mots évoluent différemment. 

ASI : L'Académie parle dans le rapport de "contrainte objective" dans "la création des formes féminines dérivées des substantifs masculins"...

Eliane Viennot : - [Rire] Ils sont incroyables, ils pensent encore que Ève vient d'Adam! Il n'y a pas de "formes féminines dérivées de substantifs masculins", les deux viennent d'un radical commun. "Danseuse" ne vient pas de "danseur", mais les deux viennent du radical "danse". C'est le B.A-BA, on apprend cela à nos étudiants en première année de linguistique, mais visiblement les académiciens ne l'ont toujours pas intégré. 

"J'ai sorti le champagne hier soir"

ASI : - Au final, vous avez l'impression que ce rapport freine la transformation de la langue qui est en cours, ou l'encourage ? 

Eliane Viennot : - C'est le minimum syndical. Mais l'Académie a levé ses fatwas, et c'est déjà très bien. Jusqu'à présent, ceux qui s'opposaient à la reféminisation du français s'appuyaient sur les positions de l'Académie française. Ils ne pourront plus, c'est un rempart qui tombe. Par exemple, en 2014, quand le député Julien Aubert refusait à l'Assemblée nationale de dire "madame la présidente" à la députée Sandrine Mazetier, persistant à lui dire "madame le président", il se cachait derrière les règles de l'Académie. Maintenant, il ne pourra plus. 

Juju toujours un connard

Personnellement, j'ai sorti le champagne hier soir. Je ne pense pas que Julien Aubert, lui, boive du champagne, parce qu'il a perdu son dernier argument. C'est ça qui est important, plus que le contenu du rapport, qui cumule beaucoup de sottises. 

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.