Paradise Papers Man
observatoire du par

Serge Dassault et Bernard Arnault cités dans les "Paradise Papers"

Comment Le Figaro (Dassault), Les Echos et Le Parisien (Arnault) ont couvert les révélations

Depuis le début de la semaine, la liste des personnalités et des entreprises citées dans les "Paradise Papers", nouvelle enquête internationale sur l'optimisation fiscale, s'allonge. Deux grands patrons de presse sont cités : Serge Dassault, propriétaire du Figaro (à travers son groupe aéronautique) et Bernard Arnault, propriétaire du groupe LVMH, qui possède Le Parisien et Les Échos. Les médias en question ont-ils couvert ces révélations ? Oui, mais avec discrétion.



Après les "OffShore Leaks", les "LuxLeaks", les "SwissLeaks", les "Panama Papers", voici les "Paradise Papers", nouvelle série de révélations sur l'optimisation fiscale pratiquée par des multinationales ou des personnalités publiques. Ces révélations s'appuient sur une fuite de documents transmis en 2016 à un quotidien allemand, issus en grande partie du cabinet d'avocats spécialisé dans l'optimisation fiscale Appleby. Ces 13,4 millions de documents ont été épluchés pendant un an par le Consortium international des journalistes (ICIJ), dont Le Monde fait partie.

Le Monde, 5 novembre 2017

Premier patron de presse à avoir vu son nom figurer dans les "Paradise Papers" : Serge Dassault, dont le groupe aéronautique français Dassault participe, selon Le Monde, à un système de fraude à la TVA sur les jets privés de l'île de Man. Comment ? En aidant ses clients à passer par cette dépendance de la Couronne britannique pour s'exonérer du paiement de la TVA sur leurs avions Falcon. Le Monde prend l'exemple de l'homme d'affaires russe Oleg Tinkoff : "Il a commencé en 2013 par se payer un petit Falcon 2000LX pour 28 millions de dollars, soit 21 millions d’euros (...) Du pain bénit pour le constructeur, Dassault, qui n’a pas hésité à se mettre en quatre pour aider son précieux client à économiser les 20 % de TVA qu’il aurait dû payer en France".

Le mécanisme est le suivant : la société russe crée deux sociétés offshore. La première achète le jet privé à Dassault. La seconde le loue....

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

Serge Dassault et Bernard Arnault cités dans les "Paradise Papers"

Rappelos que TOUS les amendements anti evsaion fiscale (20milliards) et anti-fraude fiscale (80 milliards) proposés par ...

Par Poloi
le 08/11/2017
Tous les forums >