Est Republicain
observatoire du par

"Trop de shoah" : la suspension d'une enseignante intéresse la presse étrangère

L'affaire semble encore peu intéresser les médias, mis à part L'Est Républicain hier et Le Parisien aujourd'hui (plus une brève dans Libération): une professeur d'histoire d'un lycée public de Nancy, Catherine Pederzoli-Ventura, a été suspendue pour quatre mois, après avoir été accusée d'avoir privilégié l'extermination des Juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale, au détriment du reste du programme. L'affaire, dont plusieurs détails sont encore confus, semble dans un premier temps intéresser davantage la presse étrangère que la presse française.

L'AFP a consacré huit dépêches en deux jours à cette enseignante : "Mme Pederzoli a fait l'objet d'une enquête de l'Inspection générale de l'Education nationale suite à une manifestation organisée par certains de ses élèves en décembre dernier à Nancy, lors d'un déplacement du ministre de l'Education nationale, Luc Chatel. Les lycéens protestaient contre la décision de réduire de moitié le nombre d'élèves participant au prochain voyage. La professeur d'histoire avait été suspectée d'avoir organisé la manifestation et manipulé ses élèves" indique l'AFP. "Dans un rapport rédigé en juillet, les inspecteurs pointent des "manquements aux obligations de réserve, de neutralité et de laïcité", et reprochent à l'enseignante l'"instrumentalisation des élèves" par des "lavages de cerveaux". Les auteurs notent en outre que, lors de leur entretien avec la professeur, cette dernière a prononcé 14 fois le mot "Shoah", "tandis que le terme à la fois plus neutre et juridiquement fondé de +génocide+ n'(a été) mentionné que deux fois, comme en passant", écrivent-ils."

Pour embrouiller un peu plus l'affaire, l'avocate de l'enseignante, Me Christine Tadic, a insinué que la sanction pouvait être liée à la confession juive de sa cliente : "la faute que l'enseignante a commise n'est-elle pas d'être juive" ? Ainsi s'explique par exemple l'étrange titre du Figaro.fr : "la suspension d'une prof juive d'histoire fait polémique". Ainsi s'explique aussi la réaction du...

Déjà abonné ?

Email      Mot de passe   

Le site par mots-clés

Commentaires d'utilité publique

"Trop de shoah" : la suspension d'une enseignante intéresse la presse étrangère

Je suis choquée de voir à quel point les journaux ont immédiatement pris position en faveur de l'enseignante, la faisant ...

Par Hélène Assekour
le 03/09/2010
Tous les forums >