Tomates et insurrection, d@ns le texte

Arrêt sur images

C'est un court texte, qui traite de la culture des tomates. Et de Blanqui. Et de Michelle Alliot-Marie. Et de l'insurrection. Bref, c'est un OVNI littéraire, qu'a publié Nathalie Quintane, sous le titre "Tomates", chez POL. Un texte sans plan pré(...)

Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s
C'est un court texte, qui traite de la culture des tomates. Et de Blanqui. Et de Michelle Alliot-Marie. Et de l'insurrection. Bref, c'est un OVNI littéraire, qu'a publié Nathalie Quintane, sous le titre "Tomates", chez POL. Un texte sans plan pré-défini, écrit en quelques semaines, qui avance selon sa propre énergie, un peu erratique, mais toujours inspirée. Cet OVNI a tapé dans l'oeil d'Hubert Artus, qui ne connaissait pas Quintane auparavant. Cela devait donc finir par une émission, qu'anime pour la première fois Hubert (mais que les fans de Judith se rassurent, ils la retrouveront très bientôt).

Quintane revendiquant, dans son texte, l'influence exercée sur elle par les livres des éditions La Fabrique (et en particulier L'insurrection qui vient, sujet d'une précédente émission), il nous a paru logique d'inviter avec elle Eric Hazan, patron desdites éditions. Dans leur échange, il est question du rôle des textes dans le déclenchement des insurrections. A un moment, Hazan dit en substance : "ce livre n'est pas politique parce qu'il parle de politique, mais en raison de la manière dont il est construit". Et Hubert développe, quelques minutes plus tard : alors que nous sommes submergés par l'abus des narrations industrielles (avalanche des romans, story...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.