Tchernobyl : "être préparés à une catastrophe nucléaire serait une bonne idée"

Arrêt sur images

Débat sur un documentaire contesté d'Arte

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Trente ans après Tchernobyl, comment ça va, autour de la centrale ? Plutôt pas mal, semblait répondre cette semaine un documentaire d'Arte qui s'intéressait à la "zone grise", cette zone dite "faiblement" contaminée, habitée par sept millions d'habitants répartis entre l'Ukraine, la Russie, la Biélorussie et la Norvège. Ce documentaire a-t-il brisé un tabou en montrant comment on peut vivre avec une irradiation "mesurée", ou brosse-t-il une peinture trop optimiste des conséquences sur la santé d'un accident nucléaire ? Nous en débattons avec deux invités : Olivier Julien, le réalisateur du documentaire Tchernobyl, Fukushima : vivre avec, diffusé sur Arte le 26 avril, et le sociologue Frederick Lemarchand, auteur d'une tribune très critique de ce film.

L'émission est présentée par Daniel Schneidermann et Justine Brabant,
préparée par Adèle
Bellot* et Sonia Villagrasa,
et déco-réalisée par François Rose et Sebastien Bourgine.

La vidéo dure 1 heure et 10 minutes.

Si la lecture des vidéos est saccadée, reportez-vous à nos conseils.



Le making-of de l'émission, par Justine Brabant

Ils sont sept millions, et nous ne savons rien de leur vie. Eux, ce sont les habitants des "zones grises", ces portions de territoires qui n'ont pas été jugées suffisamment contaminées par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl pour être entièrement évac...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.