"Si je ne disais rien, il crevait. Mais si je parlais..."
L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Les tablettes, les Smartphones, les web-documentaires changent-ils la manière de filmer, de photographier et de regarder la guerre ? Ou les éternelles problématiques des images de guerre restent-elles les mêmes ? Nouveaux supports et vieilles images, voici le thème de cette émission qui s'inscrit dans notre série d'été consacrée à la guerre.

Pour ce troisième numéro de notre série d'émissions d'été sur La guerre en f@ce, nous avons invité Patrick Chauvel, photographe de guerre depuis 1967. Après des décennies de photographies traditionnelles, il expérimente de nouveaux supports et de nouvelles techniques. Face à lui, Alvaro Canovas, photographe de guerre à Paris-Match, et Antonin Sabot, photographe et auteur du blog Reportageetphoto.fr. Au delà du sujet des nouveaux supports, tous trois évoquent les beautés et les risques du métier de photographe de guerre.

Et pour compléter cette émission, lisez notre enquête sur la professionalisation de la communicationdes combattants.

L'émission est présentée Daniel Schneidermann, préparée par Justine Brabant,
et déco-réalisée par François Rose.


La vidéo dure 1 heure et 20 minutes.

 


Justine retrace d'abordla carrière impressionnante de Patrick Chauvel, duVietnam en 1968 à la Libye, en passant par l'Angola et en Érythrée en 1975,la Bosnie en 1991,la Somalie en 1993. Qu'est-ce qui décide un photographeà se rendre dans tel ou tel pays en guerre ? "En général, c'est parce qu'il y a des journalistes sur plac...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.