Disséquons les films d'horreur !
Post-pop
  • Presentation
    Rafik Djoumi et Daniel Schneidermann et Delphine Chedaleux
  • Préparation
    Antoine Streiff
  • Deco-Réalisation
    Sébastien Bourgine et Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s

En apparence, les films d'horreur, de Halloween à Scream, se caractérisent surtout par la présence de deux éléments : un prédateur plus ou moins masqué, armé d'un instrument tranchant. Et une proie, généralement féminine, qui hurle en Dolby Stéréo, et grimpe stupidement au premier étage, quand il serait plus judicieux de sortir dans le lotissement, et d'alerter les voisins.

Pourtant, le film d'horreur ( ou "slasher", d'après le bruit que fait le couteau pénétrant dans les chairs) ne se réduit pas à ce schéma. Le personnage féminin est bien plus subtil qu'on ne l'imagine : souvent, c'est la "final girl", comme son nom l'indique, qui triomphe à la fin. Et le genre a même été subverti, pour dénoncer le racisme (Get out), ou dépeindre les terre...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.