"Mon intérêt est de disqualifier l'avis médiatique"

Arrêt sur images

Mélenchon s'auto-décrypte

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Dans une même journée, cette semaine, il a taclé la "pensée unique" d'Alain Duhamel sur RTL, la "propagande" de Bernard Guetta sur France Inter, et toute la fine équipe du Grand Journal (Canal+). Un des rares responsables politiques qui ose s'en prendre frontalement aux divinités de l'audiovisuel, Jean-Luc Mélenchon, fondateur du Parti de Gauche, est néanmoins régulièrement invité dans les grandes émissions de radio et de télévision. Pourquoi ? Comment éviter le risque d'être enfermé dans le rôle du "pousseur de coup de gueule" ?

Avec lucidité, et après Cécile Duflot, Mélenchon décrypte de l'intérieur les règles des journalistes de l'audiovisuel, qu'il a parfaitement comprises, de la question enfermante à la fausse complicité. Lucide, il décrypte aussi son propre comportement, moins spontané, et plus attentif à ne pas blesser, qu'on ne pourrait (naïvement) l'imaginer (acte 4).

En prime, son opinion (difficilement obtenue) sur la légalisation des jeux en ligne (zapping de Pierre-Henri Moreau, acte 1), sur l'affaire Frédéric Mitterrand (il tient au "Frédéric", acte 2), et une lutte pied à pied avec Dan Israel sur les mots pour décri...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.