Entre le gouvernement et l'Histoire, une ligne j@une infranchissable ?

Arrêt sur images

Quelle ébullition ! En quelques jours, le projet de suppression de l'enseignement obligatoire d'Histoire en Terminale S a enflammé, bien au-delà des professeurs d'Histoire, de nombreux intellectuels, et journalistes. "L'Histoire en phase terminale"

Ligne Jaune
Réservé à nos abonné.e.s
Quelle ébullition ! En quelques jours, le projet de suppression de l'enseignement obligatoire d'Histoire en Terminale S a enflammé, bien au-delà des professeurs d'Histoire, de nombreux intellectuels, et journalistes. "L'Histoire en phase terminale", titre ainsi Libération à la Une.

C'est l'appel lancé dans le Journal du dimanche par vingt intellectuels, historiens dans leur grande majorité, qui a mis le feu aux poudres. Mais le gouvernement veut-il vraiment "liquider l'Histoire" ? Ses adversaires ne caricaturent-ils pas son projet ? En le regardant de près, on s'aperçoit que ce projet de réforme n'obéit pas seulement des motivations négatives. Certains de ses promoteurs souhaitent sincèrement rééquilibrer le système, au bénéfice des filières littéraires. Syndicats, parents d'élèves: la communauté éducative est d'ailleurs bien plus partagée que ne le laissent supposer les pé...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.