"Les agences de notation sont sous-informées."

Arrêt sur images

Standard & Poor's, Moody's, Fitch : dans les coulisses

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Il faut se faire une raison: notre triple A, ce trésor national, ne passera pas l'hiver et c'est une question de jours maintenant. Depuis que l'agence de notation financière Standard & Poor's a annoncé qu'elle menaçait de dégrader la note de quinze Etats de l'Union Européenne dont celle de la France, on ne se fait plus guère d'illusion. Quel est le rôle joué par les agences de notation dans cette tempête qui secoue la zone euro ? C'est le sujet de notre émission avec deux invités: Norbert Gaillard, économiste, consultant indépendant et auteur d'un ouvrage sur les agences de notation dans la collection Repères (La découverte) ; Pascal Canfin, député européen d'Europe-Ecologie-Les-Verts et l'un des négociateurs de la directive européenne qui va encadrer les agences de notation.

Commençons cette émission par l'abaissement de la note de Norbert Gaillard qui avait prédit la perte du triple A pour le vendredi 16 décembre. Raté ! Pourquoi ce plantage ? "Les agences essayent depuis quelques mois de limiter l'impact des dégradations de note", explique Gaillard. Voilà pourquoi les dégradations de la note des Etats-Unis et de celle de la Belgique ont eu lieu un vendredi. Il pensait donc que la dégradation de la note de la France interviendrait le vendredi avant le début des vacances. "Je pense que ce sera début janvier", rectifie-t-il aujourd'hui. A sa décharge, Gaillard n'est pas le seul à se tromper dans ses prédictions. C'est le cas aussi de Jean-Michel Six, le responsable de Standard & Poor's qui fait régulièrement...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.