François Cusset, et l'insurrection qui ne vient pas, d@ns le texte

Arrêt sur images

L’insurrection, c’est maintenant: à Paris, aujourd’hui – ou un jour qui lui ressemble à s’y méprendre. Comment ne pas goûter un livre,À l'abri du déclin du monde (éd. P.O.L), qui nous offre ce fantasme? Vivre enfin, page après page, dans un immen(...)

Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s
L’insurrection, c’est maintenant: à Paris, aujourd’hui – ou un jour qui lui ressemble à s’y méprendre. Comment ne pas goûter un livre,À l'abri du déclin du monde (éd. P.O.L), qui nous offre ce fantasme? Vivre enfin, page après page, dans un immense élan lyrique, ces heures de mobilisation générale, toute division enfin résolue, les forces de la colère, du désespoir et de la résistance enfin réconciliées, enfin rassemblées, innombrables, aux portes de l’Elysée...

Et puis non, finalement, rien. Au bout de 60 pages, le mouvement s’interrompt, à quelques mètres du but, et la Révolution n’a pas lieu: une certitude bizarre étreint les mobilisés que ça ne peut pas avoir lieu, que ça ne sert à rien, qu’il n’y a là que le "néant du commun" contre le "néant du pouvoir". Comment continuer après ça? La question se pose autant pour le récit que pour les insurgés, à qui il faudra bâtir une vie sur cet évidement premier, ce deuil inconsolable qui les laissera au monde comme des zombies amputés de l’essentiel.

Il fallait interroger François Cusset ...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.