Despentes, la peur, la colère, les gouines, d@ns le texte

Arrêt sur images

Apocalypse bébé, prix Renaudot

Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s
Lauréate du prix Renaudot, le lundi 8 novembre, pour Apocalypse bébé. Virginie Despentes était justement sur le plateau de D@ns le texte mi-septembre, pour parler de son livre à Judith Bernard.

Tous les hommes sont-ils des violeurs en puissance ? La violence politique mène-t-elle à quelque chose, ou donne-t-elle juste un prétexte aux gouvernements pour resserrer leur étreinte sur les peuples ? Les jeunes de banlieue sont-ils impitoyables ? Seuls les homos, et notamment les gouines, ont-ils accès à l'extase amoureuse et sexuelle ? La colère est-elle un meilleur carburant pour les écrivains que pour les politiques ? L'embourgeoisement et le succès ne sont-ils qu'une étape éphémère du destin de Virginie Despentes ? En quoi "Apocalypse bébé" est-il le texte d'une femme qui a "quarante ans pour la première fois" ?

Entretien t...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Faites chauffer la cire !

ou... le sexe s'épile-t-il pour plus de sex-appeal ?

Violences en cuisine : comment ce sujet brûlant s'est propagé

"On a glamouré la restauration à la TV. Forcément, d'un coup, on retourne la caméra..."

Fractures Françaises, la deuxième vie "d'un livre de gauche qui inspire la droite"

Comment Sarkozy tente de récupérer les voix des nouvelles classes populaires

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.