Despentes, la peur, la colère, les gouines, d@ns le texte

Arrêt sur images

Apocalypse bébé, prix Renaudot

Réservé à nos abonné.e.s
Lauréate du prix Renaudot, le lundi 8 novembre, pour Apocalypse bébé. Virginie Despentes était justement sur le plateau de D@ns le texte mi-septembre, pour parler de son livre à Judith Bernard.

Tous les hommes sont-ils des violeurs en puissance ? La violence politique mène-t-elle à quelque chose, ou donne-t-elle juste un prétexte aux gouvernements pour resserrer leur étreinte sur les peuples ? Les jeunes de banlieue sont-ils impitoyables ? Seuls les homos, et notamment les gouines, ont-ils accès à l'extase amoureuse et sexuelle ? La colère est-elle un meilleur carburant pour les écrivains que pour les politiques ? L'embourgeoisement et le succès ne sont-ils qu'une étape éphémère du destin de Virginie Despentes ? En quoi "Apocalypse bébé" est-il le texte d'une femme qui a "quarante ans pour la première fois" ?

Entretien total avec Virginie Despentes, à propos de son dernier livre, et de quelques autres.

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.