Claire Castillon, le trash et la tendresse, d@ns le texte
Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s

Etrange rencontre, que celle de Judith Bernard et de Claire Castillon, autour du dernier livre de l'écrivain, Les merveilles (Grasset). Judith a lu un livre "trash", " l'histoire d'une très jeune fille piégée dans une famille qu'elle hait, et rendue folle par la violence de son père à l'endroit de son chien Lulu, qui choisira de s'émanciper en devenant escort girl, joli mot pour dire pute à domicile. L'ensemble baigne dans une vigoureuse noirceur". Et Judith d'attaquer: "ils sont toujours comme ça, vos textes, toujours trempés dans une encre désespérément sombre ?"

Mais Claire Castillon n'est pas d'accord, ni sur le trash, ni sur la noirceur. "Quand j'écris je ris très souvent, je vois pas le sombre. J'entends parler d'une sorte de...noirce...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.