Anne Serre, l'inceste et la joie, d@ns le texte

Arrêt sur images

Bonus : un bug, et sa réparation textuelle

Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s
C'est l'objet littéraire le plus déroutant de cette rentrée. Si déroutant que l'on ne trouve même pas les mots pour le résumer. On pourrait dire: c'est un conte érotique. On pourrait dire: c'est l'histoire d'un inceste familial frais et joyeux. On serait pourtant très loin du texte de Anne Serre, Petite table, sois mise ! (Verdier).

D'où vient cette allégresse, cette joie, cette insouciance, dans le récit de sodomies familiales ? Judith a reculé le plus possible le moment de se pencher sur ce texte effrayant, qui ne comporte pas une seule fois les mots inceste, ou pédophile, comme s'il évitait de regarder son sujet en face. Effrayant ? Oui, cette joie nous menace. Mais que menace-t-elle précisément, en nous ?

Il fallait rencontrer l'auteure. Il fallait tenter de percer le mystère, en sachant à l'avance que l'on ne parviendrait, au mieux, qu'à échafauder des hypothèses. Anne Serre raconte sa stupéfaction, quand ses premiers lecteurs lui ont dit avoir lu un conte érot...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.