Réponse à Martin Winckler : "Le doublage et le sous-titrage nécessitent un travail d'adaptation"
Au prochain épisode
Réservé à nos abonné.e.s
Après la diffusion de notre émission "@u prochain épisode" avec Martin Winckler, nous avons reçu cette réponse de Juliette De La Cruz, représentante du pôle médias de l’Ataa (l’Association des traducteurs/adaptateurs de l’audiovisuel, qui regroupe les auteurs professionnels de sous-titrage, de doublage et de voice-over, c'est-à-dire la traduction de propos exprimés dans une vidéo).

Je vous écris au nom de l’Ataa, l’Association des traducteurs/adaptateurs de l’audiovisuel, qui regroupe les auteurs professionnels de sous-titrage, de doublage et de voice-over.

La nouvelle émission d’Arrêt sur images, « @u prochain épisode », a retenu notre attention, parce que le rôle du doublage était mis en avant dans la présentation de son premier numéro, dans une petite partie de l’entretien avec Martin Winckler.

Si nous nous réjouissions qu’il soit question de doublage et de sous-titrage dans une émission d’Arrêt sur images, nous avons relevé dans cet entretien un certain nombre d’impré...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Netflix : Welcome en France, mais...

Arrivée prévue du géant du film et de la série à la demande.

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.