17
Commentaires

Vendre son animal à un labo ? Les médias se trompent

L'association 30 Millions d'amis s'est indignée d'un récent décret qui aurait permis de vendre son animal de compagnie à un laboratoire pour des expérimentations. Mais la Fondation Brigitte-Bardot dénonce un "buzz" infondé et le ministère dément. Rares sont les médias à faire part du démenti.

Commentaires préférés des abonnés

Faire semblant de s'intéresser à la cause animale pour générer du buzz facile, ça n'est pas glorieux mais ça ne choque plus vraiment. Merci encore à ASI et Loris Guémart d'illustrer les dérives du journalisme moderne. De l'émotion rapide, aucune inte(...)

Approuvé 2 fois

il serait peut-être juste de souligner que LE CANADA A ÉGALEMENT APPROUVÉ une telle expérimentation (sous titre de l'article...)

Donc un chien issus d’un élevage agréé c’est bien mais un chien « de compagnie », c’est très grave. C’est absolument fascinant de constater à quel point l’humain a une capacité de reproduction de ses propres schémas sociaux de légitimation des différ(...)

Derniers commentaires

Question d’interprétation juridique. D’ailleurs c’est pas si simple. En fait soit la condition 1 est obligatoire et se limite aux cas 2 ou 3.

 soit c’est des OU entre les conditions, le jour où ça passera au tribunal ça sera tranché.

Le Canard de cette semaine s'est lui aussi laissé prendre (page 8).

Si j’ai bien compris, oui, 30 millions d’amis a tenté de faire de la sensibilisation par un coup médiatique.

Le but étant de sensibiliser l’opinion à propos des expérimentations sur animaux en général, et en particulier pour les chats et chiens. Je ne savais pas que ces derniers étaient utilisés pour la science.

La réponse fact-tchéquigne me semble un automatisme qui n’a pas que des qualités.

Il s’agit de dire « la réalité réelle est ceci ». Dans le cas présent « la loi dit ça par conséquent tout le raisonnement et le combat des militants est faux. ».

Ça me fait penser au combat antiraciste. Il n’y a pas de loi raciste, par conséquent, le racisme systémique n’existe pas.

Il n’y a pas de décret autorisant l’utilisation d’animaux de compagnie (individuel) pour l’expérimentation, par conséquent l’expérimentation sur animaux de compagnie n’existe pas.

Et, toujours si j’ai bien compris, 30 millions d’amis affirme que tout chien et chat sont des animaux de compagnie de facto, par usage, donc oui, l’expérimentation sur animaux de compagnie est pratiquée en France.

(Ensuite, il paraitrait que les expériences sur les chiens et chats ont pour finalité le développement de vaccins et traitements pour eux. Donc, moi je ne sais pas trop que penser.)

Donc un chien issus d’un élevage agréé c’est bien mais un chien « de compagnie », c’est très grave. C’est absolument fascinant de constater à quel point l’humain a une capacité de reproduction de ses propres schémas sociaux de légitimation des différences de statut, de richesse, de prestige, de droit de vie ou de mort... et finalement même les associations de défense des animaux y souscrivent in fine.

Par contre l'armée chinoise a donné "son accord" au gouvernement pour qu'un antivirus soit administré sur certains soldats sans attendre d'autres tests

l'erreur de bonne foi, on connait maintenant la ficelle. C'est celle de Delevoye

Faire semblant de s'intéresser à la cause animale pour générer du buzz facile, ça n'est pas glorieux mais ça ne choque plus vraiment. Merci encore à ASI et Loris Guémart d'illustrer les dérives du journalisme moderne. De l'émotion rapide, aucune interrogation de fond, ce que résume bien la vilaine expression "faire du putaclick".

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.