3
Commentaires

Mathilde Larrère : toutes les révolutions inventent leurs médias !

Commentaires préférés des abonnés

Toujours un grand plaisir à écouter, apprendre à faire les liens...Merci Mathilde.


Les douces pâmoisons de l'Aurore crépusculaire qui nous encombre peuvent se résumer dans le "petit chat est mort..."


Je fatiguerai de remercier chaque fois Mathilde Larrère

mais chaque fois ce sentiment me submerge

et chaque fois je veux le faire

elle est une historienne capable de rendre des personnages de nom de rue

aussi proches que nos contemporains sans cette odeu(...)

Derniers commentaires

Mathilde, parfaite, le fond comme la forme, la concision et l'exhaustivité. Ne manquez pas à 2'18"" son "oui" à bras ouverts à la question de Daniel "Est-ce que la Révolution Française invente ses médias?


Repérez, parmi les photocopies, "Le journal du Diable". N'oubliez pas de voter.


Je fatiguerai de remercier chaque fois Mathilde Larrère

mais chaque fois ce sentiment me submerge

et chaque fois je veux le faire

elle est une historienne capable de rendre des personnages de nom de rue

aussi proches que nos contemporains sans cette odeur de vieux papier jauni

elle est aussi passionnante que Henri Guillemin que j'ai eu l'occasion d'entendre par vidéo

(et je pense qu'on ne peut lui reprocher de traduire l'histoire pour nous la rendre intelligible

tout comme on ne peut reprocher à Thomas Urquhart d'avoir traduit Rabelais en Anglais

et d'en avoir fait un chef d’œuvre de la langue de Shakespeare tout en collant à la source Rabelaisienne)


A noter la prétention d'absolu en matière de vérité dans le titre du journal contre-révolutionnaire 

"L'ami du Roi, des François, de l'ordre, et sur-tout de la vérité" (Pro Deo, Rege et Patrid")

où la vérité irait au dessus de l'ordre comme si ce dernier ne pouvait l'infléchir

comme si on pouvait dire :

"L'ami de l'économie de marché et sur-tout du développement durable"

"L'ami de la religion et sur-tout de la liberté"


Signé : un des plus grands fans de Mathilde Larrère

Toujours un grand plaisir à écouter, apprendre à faire les liens...Merci Mathilde.


Les douces pâmoisons de l'Aurore crépusculaire qui nous encombre peuvent se résumer dans le "petit chat est mort..."


Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.