11
Commentaires

Prostitution: accusations sur les archives de Magnum

La plus prestigieuse agence de photojournalisme au monde est sous le feu des critiques. Sa banque d'images en ligne héberge des clichés d'enfants abusés sexuellement, sans floutage, étiquetées par des mots-clés explicites. L'agence a suspendu un de ses photographes.

Commentaires préférés des abonnés

Je trouve ça assez hallucinant, dans un article qui dénonce les abus sexuels contre les enfants, de parler de « travailleurs et travailleuses sexuels mineurs », là où il devrait être question d’exploitation ou de traite sexuelle des mineurs. Cette ex(...)

Albert Londres n'a pas eu besoin de faire des photographies pour faire prendre conscience de l'horreur du bagne de Cayenne et le faire fermer. Il y a une certaine complaisance de la presse au trash.

Question de définition. Un travailleur ou une travailleuse n'est pas, par définition, une personne satisfaite de son sort et ayant exprimé une forme de consentement. Il ne faut pas confondre travailleur / travailleuse avec "citoyen·ne salarié·e dans (...)

Derniers commentaires

Un p'tit rappel sémantique: les fachos abusent de la censure, nous, les gentils, on filtre le réel pour préserver les masses d'une crudité intempestive et possiblement dérangeante...Faut pas confondre!

Exemple: le roman d'Agatha Christie, "les 10 petits nègres" s'appellera, dorénavant, "les 10 personnes à taux de mélanine différencié"...Je me sens déjà meilleur, pas vous!?

Concernant le suicide de Kevin Carter, la relation de causalité est loin d'être établie : https://fr.wikipedia.org/wiki/Kevin_Carter 

Autant je trouve les faits choquants, autant l'histoire des mots clés ne me pose pas de problème. A force de chercher la petite bête on atténue et compléxifie le problème de base qui est ultra simple et ultra choquant.

Excellentes informations sur un monde du passé qui doit changer. Par contre je ne vois pas le problème sur les mots clés, ça me semble sans intérêt par rapport aux autres enjeux.

Je trouve ça assez hallucinant, dans un article qui dénonce les abus sexuels contre les enfants, de parler de « travailleurs et travailleuses sexuels mineurs », là où il devrait être question d’exploitation ou de traite sexuelle des mineurs. Cette expression de « travail du sexe » a beau être à la mode, ça ne devrait pas nous empêcher de réfléchir un minimum avant de l’utiliser à tout bout de champ.

Albert Londres n'a pas eu besoin de faire des photographies pour faire prendre conscience de l'horreur du bagne de Cayenne et le faire fermer. Il y a une certaine complaisance de la presse au trash.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.