41
Commentaires

Les politiques contre les journalistes : retour sur les meilleurs moments

La critique des médias, si possible dans les médias, est en train de devenir un sport apprécié des hommes politiques d'opposition. La mise en ligne par le réalisateur Pierre Carles de passages d'interviews de Jean-Luc Mélenchon et d'Arnaud Montebourg, réalisées pour son film Fin de concession, en salles le 26 octobre, a déclenché un nouveau feu roulant d'interrogations et de graves débats sur la contestation du pouvoir médiatique, et de ses représentants les plus visibles. Sujet intéressant, mais pas vraiment inédit : depuis quatre ans, le feu couve entre les médias et certains politiques. Résumé des épisodes précédents.

Derniers commentaires

Quand Pujadas découvrait les premières images du 11 septembre 2001 : "Houa, géniaaal !"

http://www.dailymotion.com/video/xf8zu5_david-pujadas-le-11-septembre-2001_news

C'est sur qu'il est plus enthousiaste que quand Melanchon découvre l'extrait d'interview de Mathieu. et plus poli aussi.
Mélenchon dit sur une chaîne TV (vu sur lepost aujourd'hui) que le syndicaliste dont il a défendu la cause a été licencié. Qu'en est-il exactement?
merci à l'avance d'apporter un peu plus d'éclaircissement sur cette affaire si possible.
Ce soir sur Canal,le grand n'importe quoi Denisot- Apathie. Peut -être faut-il reconsidérer son abonnement!
Merci pour ce décryptage, Dan.
À voir aussi, celui, extrêmement corrosif, d'Henri Maler par rapport à la tragique et sempiternelle "sunlight" attitude de David Pujadas.
traduction du véritable discours de Pujadas.
Pour commencer, ce ne sont pas LES POLITIQUES qui ont initié cette critique de quelques médias de masse au service de l'Etat et des plus puissants. Pour ma part, je l'ai fait DES 1996, à travers un magazine, "Socrate & Co", et notamment en visant, DEJA, TF1, qui, depuis, hélas, s'est particulièrement illustrée dans ce que dénonçais déjà et ne cesse depuis, et de constater et de dénoncer. La nouveauté, c'est que des politiques, marginalisés par ces médias de masse (qui leur préfèrent tous celles et ceux qui ne les dérangent pas, permettent aux citoyens de continuer à faire tranquillement leur petit métro-boulot-dodo, les people, les footeux, les quelques intellectuels vendus) comprennent qu'ils se font rouler dans la farine (mais cela ne date pas d'hier, il est temps qu'ils se réveillent), et semblent ne plus le supporter, y répondent, envisagent des réponses, par des politiques, des lois. La principale victime de cette médiacratie propagandiste aura tout de même été la gauche, et par gauche, je n'entends pas viser celle qui en est sa vitrine parisienne et légitimiste (celle qui avec un Manuel Valls ne cesse de défendre le pauvre locataire de l'Elysée, victime de tant de méchants), mais la gauche citoyenne, celle qui, à travers quelques associations, mouvements, partis, a pu obtenir des évolutions civiques positives ces 30 dernières années. Puisque l'un d'entre eux se réveille, M. Montebourg, je me suis permis de lui adresser une lettre publique, que je me permets aussi de faire connaître ici :

http://jeanchristophegrellety.typepad.com/lactionlitteraire/2010/10/lettre-%C3%A0-arnaud-montebourg-concernant-tf1-et-la-situation-dramatique-des-m%C3%A9dias-t%C3%A9l%C3%A9visuels-et-radio.html
N'oubliez pas Yves Calvi il y a quelques années qui dictait quasiment son texte ( de manière beaucoup plus appuyée, forcement c'est le style Calvi... ) à un éducateur sportif:

http://www.acrimed.org/article2617.html
Je trouve comique qu' Aphatie se mette à découvrir Pierre Carles, "spécialiste de la critique des médias", qu'il a toujours ignoré auparavant, afin de démolir Mélenchon,( je n'ai écouté que rtl ) .
Ce journaliste veut absolument que Mélenchon vienne pleurer et s'agenouiller à ses pieds. Limite sado-maso.
Aphatie, c'est bien le roi du ni droite-ni gauche, je suis neutre? Il a l'air d'être sacrément hargneux mais il choisit ses colères. A nouveau, le prétendu populisme de gauche est criminel et celui de droite, l'extrême-droite, ne choque plus bcp de monde.

Ce que semble surtout mépriser Aphatie est le fait que cela vienne d'un politique... parce qu'après tout le populo se déchaine...? C'est pas déjà la jungle? Mélenchon va installer une guillotine et faire décapiter tout le monde?
Aphatie croit qu'on vit quoi ces dernières années? chez Bisounours? La violence de notre société, celle des gouvernants, des Groupes privés, au travail, il ne la voit pas. Et ce n'est pas que du bla bla de commentaires devant un film.
Beaucoup de journalistes ne comprennent pas qu'on puisse dire ou penser ça du "système" Pujadas!! Halucinant. Il parait que c'est insulter, eh bien je ne vous dis pas le tombereau d'insultes que j'ai reçu.
Messieurs, Dames journalistes, relisez votre Bourdieu. La violence symbolique, ça vous dis quelque chose ? D'ailleurs elle n'est pas que ça elle s'appelle mépris à chaque reportage. Mélenchon a "réagit" aux propos de Pujadas et en répondra devant les tribunaux s'il le doit.
Et P.Carles, personne ne lui est tombé dessus?, Pas fou, il vous repondrait peut être: "Allez au diable"
Qui trouvera quoi que ce soit à sauver chez Pujadas le journaliste et son journal de 20H ? Qui donc ?

Aussi...

Que vive la démocratie avec Mélanchon !
Les réactions spontanées une "recette"? La franchise une "méthode"? Quel triste article.
Je suis effarée par tout le battage médiatique sur la réaction de Mélenchon regardant Pujadas sur le petit écran.
Ce pauvre Pujadas, s'il savait, le nombre de fois où je l'ai traité de noms d'oiseaux avec quelques uns de ses confrères vrais journalistes.
Mais je pensais que cela tenait plus d'une petite réaction épidermique plutôt que de l'ouverture d'un "grave débat sur la contestation du pouvoir médiatique".
En tous les cas depuis quelques jours les journalistes s'en donnent à cœur joie, et j'ai eu l'impression que ces derniers ressemblaient de plus en plus aux hommes politiques allant jusqu'à leur chiper leur fameuse langue de bois. Le monde aurait-il basculé sans que je m'en aperçoive, un monde où des hommes politiques diraient tout haut ce qu'il pensent depuis bien longtemps tout bas et, où, les journalistes nous serviraient un langage formaté.
Mais en lisant la presse, j'ai été bien vite rassurée en apprenant que ces hommes politiques n'étaient que des populistes sans scrupules et que toutes ces [s]critiques[/s] violentes injures se révélaient sans aucun fondement.
http://www.touscoprod.com/pages/projet/fiche.php?s_id=5162&id=327&video=pujadas-et-le-journalisme-extrait-du-film
Le populisme de Mélenchon, avec son tous pourris concernant les journalistes, est bien plus entendable que d'autres populismes qui stigmatisent d'autres populations bien plus fragiles.

Ca reste cependant du populisme. Les vidéos de Georges Marchais mentionnées plus haut montrent que lui aussi savait dire quelques vérités bonnes à entendre.

Si je suis Asinaute depuis le début c'est que je n'ai pas attendu pour qu'on m'explique en quoi l'information des JT était contestable. Mais c'est aussi pour être sans complaisance pour les harangues simplistes.

La critique de Pujadas n'est valable que sur "l'ensemble de son oeuvre". Le traiter de salaud sur ce passage ça équivaut à le traiter d'allier de la CGT lorsqu'il demande à Woerth "Les sondages disent que les Français sont contre cette réforme allez-vous les écouter et revenir sur les 62 et 67".

Ne leur lâchons rien ! L'ASIattitude doit être généralisée dès la maternelle.
Mais ne servons pas la soupe aux vendeurs de soupes populistes.
je ne peux lire aucune vidéo ! AGRRRR !
"Quelques temps après ce violent coup de projecteur, Peillon a finalement reconnu qu'il avait été "maladroit" en demandant la démission de Chabot."

Cette phrase constitue une caricature de la réalité, il y a de la désinformation dans l'air (surtout avec le lien auquel renvoie le "avait été "maladroit"").

Détails ici :

"Buzz" sur les "regrets" de Peillon concernant Chabot : analyse d'une désinformation
Larbin du pouvoir mais aussi enfumeur , maint soi-disant journaliste n'est qu'un méprisable laquais des brumes
Et le fameux "Taisez vous Elkabbach" de Georges (inimitable et souvent imité)
Jean Marie Le Pen est il me semble incontournable sur le sujet.
il faudrait aller plus loin . Vous êtes au milieu du gué.

qui possède la télé . les groupes financiers leur appartenance à la politique le renoncement à la culture .
pourquoi la télé cherche à s'autodétruire ?
pourquoi ne cherche t elle plus à fédérer les familles.
derrière cette entreprise auto destruction quelle est la solution finale ?
Dan, vous êtes un peu flemmard de ne pas remonter plus loin ! Pourtant il y aurait tant à dire à partir de cette simple et belle citation de Raffalovitch, chargé par le tsar de soudoyer les journalistes, parlant de « l’abominable vénalité de la presse française » en 1907, qui me semble encore si pertinente ! Il y a aussi des problèmes de mécanique médiatique, de circulation circulaire de l'information au plus vite, mais on ne reviendra pas sur Timisoara, ce serait très vilain !
Pour le plaisir, parce que Bayrou n'est pas le seul lettré à faire de la politique et critiquer les médias, Léon Blum, L'échelle humaine, 1945 (écrit en captivité) : « On ne peut pas évoquer sans honte le tableau de la grande presse en France pendant ces 20 dernières années, et l'on ne saurait disconvenir sans mauvaise foi que sa vénalité presque générale, traduite à la fois par une déchéance morale et une déchéance technique, ait été un foyer d’infection pour le pays tout entier ».
Ne pas oublier la très faible épuration dans les journaux et revues à la Libération, même si heureusement les lecteurs ont par eux-mêmes fait un large tri.

Ensuite, laisser entendre qu'Arlette Chabot, Claire Chazal, Étienne Mougeotte, Serge Dassault, Jean-Pierre Elkabbach, David Pujadas et tant d'autres méritent le nom de "journalistes" est très insultant pour la mémoire des plus grands d'entre eux, surtout des journalistes d'investigation.

Je crois que là, la collusion médias-argent-politique libérale se voit tout simplement de plus en plus :
- Le Figaro publie en ligne aujourd'hui un papier sur une étude qui montrerait prétendument que "les ouvriers profitant de mesures de retraite anticipée ont plus de chance de mourir avant 67 ans", confondant ainsi sans doute cause et conséquence
- Le Parisien publie sa Une sur la "semaine de galère" pour parler des grèves et manifestations
- je m'arrête là pour ne pas faire peur à tout le monde, mais les radios n'ont pas fait mieux, les télés disent que les lycéens sont manipulés, etc.

Bonne nouvelle quand même : on en arrive à un point où même Aphatie et Europe1 semblent ne plus croire aux mensonges du gouvernement !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.