33
Commentaires

Les correspondants étrangers adorent la "flexi-sécurité"

Dans un débat sur France Inter avec deux correspondants étrangers, on n’a guère cherché la mise en perspective et le regard froid de l’observateur extérieur sur la réforme du Code du travail ou sur la notion de "flexi-sécurité" tant à la mode. On s’est contenté de déverser les arguments habituels de justification des "réformes" sous couvert d’une légitimité extérieure. Bilan : tout ce qui est dans la réforme est vrai, tout ce qui n’y est pas est "idéologique". Compris ?

Derniers commentaires

Merci pour cet article brillant et mordant.

Je me permets toutefois de souligner deux coquilles dans ce paragraphe :

"La réforme du code du travail, donc. Celle dont on nous fait croire qu'elle est plébiscitée par les Français comme nous le racontions précédemment. Réforme que Weil nous la résume simplement : il s’agit d’introduire la "flexi-sécurité". On aurait pu alors demander quel est le sens de ce terme, pourquoi le projet Macron l’incarnerait et pourquoi, par exemple, il ne s’en donne guère les moyens ou n’est précis que sur la flexibilité. Mais non, se tournant vers sa consœur britannique, le "modérateur" propose : "cette flexi-sécurité, elle existe déjà en Grande-Bretagne, non ?" La question est, pour le moins, surprenante. Elle revient à demander confirmation que le Vatican applique bien la loi de 1905 de séparation de l’Eglise et de l’Etat. Car il n’existe évidemment peu de "sécurité" dans le droit britannique du travail, à la différence des pays scandinaves, ce que la correspondante fera gentiment remarquer, s’attirant un "mouais" dubitatif du modérateur qui aurait tant voulu que l’on puisse qualifier de "flexi-sécurité" le système britannique."

Dans le premier passage souligné, le mot "la" est de trop. Dans le second passage, il aurait fallu écrire : "Car il n'existe évidemment pas de "sécurité" dans le droit britannique du travail", ou bien "Car il n'existe évidemment que peu de "sécurité" dans le droit britannique du travail".

Cordialement,

J. Grau
Quand on voit ceci : https://lundi.am/Situation , on se dit que le monde est devenu insupportable...
"Et les 76 % de Français qui n’ont pas voté pour lui [Macron] vont donc se rallier à cette évidence."

Compte tenu de la participation, seuls 18% des français ont voté pour EM au premier tour de la présidentielle. Il aurait donc été préférable d'écrire: "Et les 82 % de Français qui n’ont pas voté pour lui vont donc se rallier à cette évidence." ;o)
Merci, j'ai écouté cette émission et c'était exactement ça et c'est joliment détaillé et décrypté. Le "gendarme" Pierre Weill était bien meilleur quand il s'occupait de musique sur RMC ;-)
Je ne peux que me joindre au concert de louanges (même si certaines le sont par la dérision), cet article est très bon.

Je vais néanmoins faire une remarque à la phrase "Il aurait pu évoquer ce très bon score des Travaillistes britanniques le 8 juin qui montre combien une grande partie de la population est lasse de la précarité et des salaires désespérément faibles." car l'émission a dû être enregistrée quelques jours avant mais ce score était prévisible.

Merci à Romaric Godin.
ils n'y sont pas du tout, ce dont a besoin le marché du travail c'est de souplesse, il faut arrêter de nous enfumer avec la flexibilité.
Bilan : tout ce qui est dans la réforme est vrai, tout ce qui n’y est pas est "idéologique". Compris ?

La vidéo du débat.

Merci beaucoup, m’sieur.
Absolu dégoût devant ces élections grotesques, cette manipulation de masse qu'accompagne le béni oui-ouisme d'@si et Mediapart-les-faux-rebelles. Ma colère est noire, profonde, compacte, et vous pourrez pas la dérider avant longtemps, les cools de la Médiature!
Pierre a quand même sorti à la porte parole de la France Insoumise que viser la majorité aux législatives, c'était ne pas accepter le résultat des élections et remettre en cause le verdict des urnes. Bref, on organise des élections mais après on n'a pas le droit de voter autre chose que EM...
Combien de fois faudra-t-il répéter que la flexi-sécurité existe en France depuis 1936 et la création, sous l'égide de la CGT, "du régime salarié intermittent à employeurs multiples pour les techniciens et cadres du cinéma"... Régime qui, après son extension à d'autres catégories de salariés du spectacle, a fait l'objet récemment de nombreuses "réformes", sous l'égide du MEDEF et de la CFDT, visant à en réduire les garanties.
Mais, de toute évidence, les uns et les autres n'ont pas la même définition de la "flexi-sécurité"!
Serait curieux de savoir ce que penseraient tous ces "experts" laudateurs de la flexi-sécurité si elle s'appliquait à eux ...
Indispensable Romaric Godin.
Merci.
ASI sera bien gentil de virer ce pénible de Romaric Godin qui met tout le monde de mauvaise humeur.
Merci d'avance !
merci de votre plume alerte et décrypteuse.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.