57
Commentaires

Larry Clark interdit aux mineurs : la polémique se développe

Après Libération qui y consacrait sa Une hier (comme @si le signalait) et y revient aujourd'hui, le Parisien évoque, comme la presse étrangère, le débat sur l'interdiction aux mineurs de l'exposition des photos de Larry Clark à Paris.

Derniers commentaires

Bien joué Gavroche,
prends ça dans la tronche l'olibrius trollien;-)
gamma
PS : 800 messages en 3 mois.....
put, encore 1an et demi que ton pote le gitan va nous [s]emmerder[/s] [s]faire chi..[/s]
je trouve pas le terme pommadeux de circonstance !

dur dur dur
Lettre adressée au maire de Paris et au directeur du Musée d’Art moderne de la ville de Paris par l’Observatoire de la liberté de création de la Ligue des Droits de l'Homme.

Monsieur le Maire, Monsieur le directeur du Musée d’art moderne de la Ville de Paris,

Vous avez pris, au prétexte que la loi aurait changé en 2007, ce qui est faux pour le sujet qui nous préoccupe, une décision bien regrettable. En interdisant l’exposition de Larry Clark aux moins de 18 ans, alors que ses photographies ont déjà été montrées à la Maison Européenne de la Photographie il y a trois ans, et alors que, depuis, rien n’a changé dans la loi, contrairement à ce que vous affirmez, pour les expositions, vous adressez un signal régressif et rétrograde, non seulement au monde de l’art, mais au public, ce peuple que vous prétendez protéger.

Doit-on vous rappeler, Monsieur le Maire, que votre parti a voté cette loi largement défendue par les députés socialistes, non en 2007, mais en 1994 ? Que cette loi que vous prétendez découvrir aujourd’hui, Monsieur le Directeur, l’Observatoire de la liberté de création la dénonce comme liberticide depuis des années dès lors qu’elle permet la poursuite pénale des œuvres de l’esprit ? Ces fameux articles 227-23 et 224-24 ont permis la plainte de la Mouette contre l’exposition Présumé Innocent dès 2000, mais faut-il vous rappeler que cette procédure unanimement critiquée a abouti pour l’instant à un non lieu ? Et qu’aucune procédure contre les œuvres fondées sur ces articles, grâce au fait que nos juges se révèlent jusqu’à ce jour des défenseurs, eux, de la liberté de création, et du droit du public à accéder aux œuvres, n’a finalement abouti ?

En interdisant l’exposition de Larry Clark aux moins de 18 ans, que prétendez vous faire ? Donner raison à cette loi que vous prétendez dénoncer ? Faire mieux que la Mouette qui prétend protéger les enfants, que l’Agrif qui prétend protéger les catholiques, ou que Promouvoir qui défend l’identité française ?

Ces articles de loi que vous appliquez aujourd’hui aveuglément constituent en délit la diffusion à des mineurs de messages pornographiques. Ainsi, vous osez désigner comme pornographiques des images qui représentent la sexualité de jeunes gens, commettant un contresens sur les œuvres que vous avez pourtant décidé de montrer. En ravalant Larry Clark au rang de vulgaire pornographe, vous desservez l’artiste que vous exposez, et déniez au public le droit de se faire sa propre opinion sur les œuvres. Plus précisément, vous excluez les adolescents de toute possibilité d’approche de photographies qui explorent des territoires, souvent difficiles, qui les concernent directement. Vous jugez en lieu et place des citoyens, ce qui est l’attitude contestable de tous les censeurs.

Cette loi que vous utilisez comme prétexte est une loi pénale : vous l’avez transformée, ce qui est le rêve de tous les réactionnaires, en loi de censure préalable. Permettez-nous de vous rappeler que les poursuites pénales contre l’exposition Présumés Innocents à Bordeaux n’ont pas empêché son bon déroulement, et que cette exposition a eu lieu sans censure du maire Alain Juppé.

Vous venez donc de commettre, Monsieur le Maire, Monsieur le directeur du Musée d’art moderne de la Ville de Paris, une double faute politique : censurer, et travestir la réalité pour vous justifier. Vous comprendrez que nous rendions cette lettre publique.
je vais faire un peu de mauvais esprit, mais j'adore deux choses :
- la réflexion selon laquelle on interdit la nudité de mineurs aux mineurs et non aux majeurs (plus paradoxale que ça, c'est dûr)
- le fait que l'association prude attaquant la "pornographie" s'appelle la mouette (les mouettes, ce n'est pas un nom d'argot pour les prostituées... cf le film avec galabru... )
j'adore ;)
J'ai fait un VD hier sur l'expo Reiser de St Malo ;-)
Sur l'interdiction aux mineurs d'une partie de l'expo réalisée en hommage à Reiser :

Un article du Monde

Moi, ce qui m'étonne, c'est qu'on ne montre pas aux ados une paire de fesses ou un zizi (horrrreeeuuur !), en revanche, l'obscénité, la vraie, est présente dans tous les jités, avec la gueule de nos ministres, menteurs, racistes et bling-bling...

Drôle de monde, et drôle de "valeurs".
et que penser d'un barrage identique contre REISER dans un salon sur la BD, barrage de la mairie de paris ?
Quelques liens annexes :
Un billet de blog de l'auteur de bd Manu Larcenet :
http://www.manularcenet.com/blog/articles/4178/rha-3

et une discussion lancée par mezig sur un forum de graphistes.
http://www.kob-one.com/sujet-20489.htm
je ne comprendrai jamais comment un adulte puisse être fasciné par les ados. Je les trouve si humides, prévisibles et si peu curieux erk...
Un argument souvent employé est que Larry Clark photographiant (et filmant) des adolescents, ceux-ci se "reconnaîtraient" dans ses oeuvres et seraient donc son public privilégié.
Or, les photos les plus controversées ont été publiées en 1971, sous le titre "Tulsa" (ville natale de L. Clark) : les jeunes qui survivent ont maintenant largement l'âge des parents des ados d'aujourd'hui. Dans ces films plus récents, les ados et les parents qu'ils montrent sont très "états-uniens".
Et ce n'est pas parce que Balthus peint beaucoup de jeunes filles pré-pubères que celles-ci se reconnaîtront dans ses oeuvres.

On peut reprocher à la Mairie de Paris son attitude timorée. Mais une des commissaires de l'exposition bordelaise ("Présumés innocents"), victime donc des poursuites d'une association-tartuffe, disait avoir elle-même interdit aux moins de 18 ans une exposition de photos de ... David Hamilton. "Cette décision "curatoriale" relevait à la fois d'un acte d'autocensure mais aussi d'un geste critique qui consistait à montrer l'évolution dans cette dernière décennie d'une société amnésique et liberticide".

L'émission montrait d'ailleurs bien que [large]la cible principale devait être une loi très mal ficelée[/large] qui donnait des armes aux cagots de toute espèces.

http://deblog-notes.over-blog.com/article-larry-clark-interdit-au-moins-de-18-ans-par-la-mairie-de-paris-58347834.html
Voir aussi les réactions de lecteurs du Monde dans la chronique de la médiatrice du journal publiée dans le numéro sorti samedi après-midi.
Le sommet de l'hypocrisie que cette interdiction du musé aux ados .
Comme si à 17 ans 1/2 , on a pas le droit d'aller voir une exposition
pareille . Comme si le sexe ou les images sexuelles sont permisent
à 18 ans et pas avant . On se moque vraiment du monde . Le maire
de Paris est à chiez sur cette affaire , lui qui à des moeurs pourtant libertaires .
"Fait ce que je dit , fait pas ce que je fait !"
Merci Gilles pour votre éclairage de la presse internationale à ce sujet
contreversé .
A ma connaissance, Gregg Araki est beaucoup plus un dieu pour les ados qui adorent la façon dont il joue avec leurs goûts et leurs codes sans se restreindre dans le cul ni le "choquant". Mais il a une vraie patte de cinéaste alors que Clark m'a toujours paru être un faiseur et un adapte de la provoc à deux balles.
Enlevez "Larry Clark" de la signature et vous devrez mettre un panneau "avez vous plus de 18 ans?" (o/n) sur le site où vous posterez les images. Je ne vois pas pourquoi ce qui prévaut partout ailleurs serait inapplicable ici. En plus quelle importance que l'expo soit interdite aux moins de 18 ans ? Ca privera quoi ? 10 ? 100 ados de la voir ?

Je rappelle aussi qu'à sa sortie Kids était bien entendu interdit au moins de (au moins) 16 ans (17 aux USA). On n'y voyait pas la moitié de ce qui est dans cette expo. Cette polémique me semble tout aussi surréaliste qu'inepte.
Ce qui est quand même hallucinant au travers cette polémique médiatique qui n'a pas lieu de faire autant de bruit, c'est que JAMAIS, on ne donne la parole aux personnes concernées, les ados. Avez-vous entendu ou lu un commentaire d'un lycéen dans la presse, à la radio, à la télé, depuis que "l'affaire" a éclaté ? Moi non.

Le débat en cours est insupportable. Les photos et les films de Larry Clark contiennent des éléments pornographiques au "sens" populaire du terme (voyez son film "Impaled" et osez me soutenir que ce n'est pas de la pornographie revendiquée, puisque c'est justement tout le concept du film-collectif "Destricted"). Alors voilà, Larry Clark est un immense artiste, et il me tarde de monter sur Paris découvrir cette exposition (même si j'ai déjà eu l'occasion de voir quelques séries de clichés sur Berlin). Mais tout n'est pas noir ou blanc. Il n'y a pas le gentil Larry Clark et les méchants administratifs de la Mairie de Paris.
Il me semble que ces photos - sans vouloir trop généraliser, tous les jeunes et moins jeunes ne se droguent pas même s'il y a banalisation - sont le reflet de notre époque, où de celle qui nous a précédée et dont l'époque actuelle découle.
On ne veut pas voir notre époque en face, on en a peur ?

Je sais pas si beaucoup de monde s'amuserait à visiter cette exposition avec des enfants. A supposer qu'il y ait des tout-petits accompagnant des adultes je crois qu'ils se contrefichent des images (surtout qu'elles sont figées, ce n'est pas un film, un truc qui bouge avec du bruit) et n'y comprendront rien, ça ne risque pas les perturber plus que ça, ils ne font pas attention, il n'y a que les adultes que ça peut déranger...

Quant aux mineurs adolescents... Mon Dieu, ils en ont déjà tant vu ! C'est à peine imaginable pour ceux d'entre nous qui ont grandi sans internet, sans vidéos et compagnie, vraiment.

Alors je ne vois pas d'objection à ce que des mineurs ados aient accès à cette expo, du moment qu'il ait commentaires, reflexion et encadrement intelligents par un/des adulte(s). On ne va pas voir une expo comme celle-ci pour se rincer l'oeil !!!
Allez, qui se dévoue pour attaquer Libé et Le Parisien pour diffusion d'images pornographiques, histoire de voir si ça tient vraiment devant un tribunal ?

Il est assez intéressant de voir que les organisateurs de l'expo ont pris peur, mais pas la presse, qui diffuse les images alors que les journaux sont accessibles aux mineurs (y compris dans les CDI de collèges).
(tiens j'y pense, attaquons aussi les collèges qui mettront à disposition des élèves les éditions des journaux concernés)
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.