16
Commentaires

Grève des notes du bac : les chaînes d'info crient à "la zadisation"

Commentaires préférés des abonnés

Le ministre Blanquer a beau jeu de présenter les enseignants grévistes comme une poignée d'irresponsables extrémistes en les opposant à la grande majorité des professeurs qui font leur travail et approuvent ses réformes. Il faut savoir que la majorit(...)

Dégoûtée par le déroulement du jury de bac auquel j'ai participé 1/2h. Le président nous a lu les instructions officielles en commentant: "Je lis, je n'invente rien." Cette mascarade s'est terminée en petit comité, la majorité des participants ayant (...)

La fuite des sujets du bac vient du lycée privé  Ozar Hatorah , le surveillant mis en cause explique que :" son employeur lui aurait fait comprendre, sans parler frontalement de triche, qu'il serait bon de donner un coup de main à quelques élève(...)

Derniers commentaires

Et ajoutons à ce cirque l'indécence du ministère qui nous envoie un courriel avec en lien la vidéo du Ministre. C'est une honte... https://www.youtube.com/watch?v=LBqTsIFaJ1A&feature=youtu.be

témoignages: https://commentestvotreblanquer.fr

pas compris la logique de blanquer...  d'un point de vue politique c’était tout a son avantage de ne pas donner les résultats pour les candidats sans note et de mettre ca sur le dos des grévistes plutôt que de passer en force.


 tout ca rappelle un peu mai 68 ou tout le monde ou presque avait eu son BAC dans une pochette surprise, le taux de reussite faisant soudain un bond.

Bon en tout cas, objectivement, cette stratégie a explosé à la figure du ministère, des éditorialistes etc. puisque par effet boomerang, ce sont les chefs d'établissements, les profs non grévistes bien obéissants qui se sont sentis "pris en otage", "méprisés" etc. Les éléments de langage sont repris dans l'autre sens, sauf que là, ils sont utilisés à bon escient, avec toute leur puissance et leur réalité.  Et l'effet retour ne fait que commencer avec les recours futurs etc. Blanquer a jeté une petite allumette là où il y avait déjà plein d'huile. On est en plein carnaval quoi.

La fuite des sujets du bac vient du lycée privé  Ozar Hatorah , le surveillant mis en cause explique que :" son employeur lui aurait fait comprendre, sans parler frontalement de triche, qu'il serait bon de donner un coup de main à quelques élèves en difficulté ".


L'année prochaine 30% du bac dépendra du contrôle continu ( les sujets seront ils nationaux ?  )  au sein de chaque lycée... bientôt dans vos journaux le palmarès des  lycées avec les meilleurs 30% ( garantie coup de main bien sur)




 


Le ministre Blanquer a beau jeu de présenter les enseignants grévistes comme une poignée d'irresponsables extrémistes en les opposant à la grande majorité des professeurs qui font leur travail et approuvent ses réformes. Il faut savoir que la majorité des enseignants, et j'en fais partie, considèrent ces collègues, qui ont eu le courage de faire grève malgré des tentatives d'intimidation insensées (et on peut compter sur Blanquer pour faire tout ce qu'il pourra pour leur pourrir la vie), comme de véritables héros. 


Par ailleurs, si sabotage du bac il y a, c'est le fait du ministre et non pas des enseignants. Alors qu'il aurait été tout à fait possible de retarder les résultats du bac (le ministre a bien déplacé l'épreuve du brevet, sans tenir compte des familles qui avaient déjà pris leurs billets pour partir en vacances), Blanquer a préféré s'asseoir sur la loi en créant de fait une inégalité de traitements entre les élèves et en remettant en cause la souveraineté des jurys (article D334-20). Un ministre qui bafoue la loi ne devrait-il pas être démis de ses fonctions ? En Macronie où semble s'être instauré le règne de l'arbitraire, probablement pas.


On est en droit de s'interroger sur cette fuite en avant d'un gouvernement qui ne semble plus pouvoir gouverner que par la terreur et l'arbitraire. Et on peut se demander ce qui, questions sociétales mises à part, distingue ce gouvernement de ceux de M. Poutine et de M. Erdogan.

Dégoûtée par le déroulement du jury de bac auquel j'ai participé 1/2h. Le président nous a lu les instructions officielles en commentant: "Je lis, je n'invente rien." Cette mascarade s'est terminée en petit comité, la majorité des participants ayant quitté les lieux alors qu'aucun n'avait commencé la journée en grève.

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.