20
Commentaires

Fogiel, le facteur et Ponpon

Ce sont des secondes de nectar.

Derniers commentaires

Le journaliste qui a interviewé Rouillan revient sur les réponses de Rouillan et dit qu'il (Rouillan) a été mal compris, dans le cadre d'un emballement médiatique...
http://www.liberation.fr/medias/0101120896-eviter-toute-question-sur-action-directe-aurait-ete-un-acte-de-lachete

La suspension de la semi-liberté de Jean-Marc Rouillan a été provoquée par sa réponse à l’une de mes questions. Cette réponse est complexe et, visiblement, sujette à interprétation. Le parquet a estimé qu’elle enfreignait les termes des conditions de sa semi-liberté. Le débat sur le fond aura lieu le 16 octobre. Pour Rouillan, qui a validé l’entretien – ce qui était la seule condition à la réalisation de l’interview – je pense que cette phrase était un commentaire, non pas sur les faits et gestes d’Action Directe, mais sur l’interdiction qui lui est faite de parler globalement de ces faits historiques. Rouillan explique que, selon lui, cette interdiction empêche un «bilan critique» de l’expérience d’Action Directe et que s’il « crachait sur tout », il pourrait parler. L’emballement médiatique a réduit cette réponse à «Rouillan ne regrette rien». Ce qui a provoqué, dans l’opinion publique, une réaction épidermique et l’embrasement que tu sais.
J'ai voté pour ce contenu mais celà ne signifie pas que j'y adhère mais simplement que je l'ai lu.
Alors finalement :"vite dit et gratuit " en information ça s'rai comme "dégueulasse mais pas cher" en alimentation.
Sur l'article au sujet de Fogiel, j'ai relevé simplement ça : " l'air du temps du matin..., Le lynchage de la journée (c'est le terme de prédilection des journalistes de Marianne)
,notre ami, la talentueuse, enfin bref des trucs sans intérêt auxquels ne m'a pas habitué Daniel Schneidermann.
En plus comme je suis abonnée, j'ai toutes les raisons de m'inquiéter, cela pourrait se reproduire
je n'avais pas lu l'interview de Besancenot que vous citez en lien.Il n'est pas raisonnable de ne pas condamner sans appel le terrorisme. Besancenot dit qu'il était bien jeune à l'époque;mais il n'était pas né lorsque Che Guevarra ,auquel il se réfère sans cesse ,menait son action à Cuba et en Bolivie .il était encore moins né lorsque Trotski faisait exécuter les marins de Cronstadt.Quand on se veut un leader révolutionnaire on est comptable du passé. Draguer une frange radicale de la population n'autorise pas tout.Cette posture permet en effet à Europe 1 de brandir un épouvantail.François Hollande a raison de dire ce qu'il a dit.Réjouissons nous de ne pas avoir eu nos brigades rouges.

Ce petit jeu me fait penser à un roman du regretté Jean -Patrick Manchette, " Nada" Dans ce roman ,Manchette fait dire à l'un des ses personnages que le terrorisme et la répression "sont les deux machoires d'un même piège à c...." . Manchette connaissait très bien l'extrême gauche , et je crois qu'il avait raison.
http://www.leparisien.fr/liveafp-politique/hollande-conseille-a-besancenot-de-se-debarrasser-de-rouillan-01-10-2008-261898.php

Hollande conseille à Besancenot de "se débarrasser" de Rouillan


La propagande continue...

Notez bien comme chaque acteur de la propagande utilise un vocabulaire impropre, pour chercher à faire coïncider la réalité à son propre schéma..

"François Hollande (PS) s'est dit choqué mercredi de l'absence de regret du co-fondateur d'Action Directe Jean-Marc Rouillan pour l'assassinat de Georges Besse et a conseillé au porte-parole de la LCR Olivier Besancenot de "se débarrasser" de "cet adhérent encombrant"."


Répétons : il n'y a pas de mouvement constitué, pas d'adhérents. Il y a des réunions publiques de constitution d'un mouvement, les gens viennent discuter, s'opposer, aussi ceux qui seront d'accord avec la ligne retenue resteront.

Question : a t'on le droit, légalement, d'interdire à quelqu'un de participer à une réunion publique, l'acte que suggère lémédia serait-il légal ?
belle chronique , comme d'habitude.Mais quelques nuances. Je n'aime pas Fogiel et je n'aimais pas la façon dont il humiliait les "faibles" (disons les ex stars sur le retour) dans son émission de FR3. Mais le représenter avec une hyène , comme c'est ( c'était ? ) le cas aux Guignols , je trouve cela choquant. sauf erreur de ma part ,il est le seul à être ainsi affublé.
Votre chronique me permet de comprendre pourquoi je ne peux plus écouter Europe 1.Autrefois ,j'aimais la réactivité ,une certaine originalité de ton.Ce n'est plus le cas.
Citation : < "Connaissez-vous Ponpon, baron de Remiremont ?" ricânent Grossiord et Fogiel. Ponpon, c'est Poncelet, président sortant. Ah, le Sénat et ses gérontes, gavés d'argent public. Ah, le beau sujet de ricânements ! Certes, il y a un an, il y a cinq ans, Grossiord aurait pu ricâner pareillement sur "Ponpon, baron de Remiremont". Mais il y a un an, Elkabbach, directeur de la station, et aussi président de la chaine confidentielle Public-Sénat, veillait au grain. >

Vous n'avez pas tort, mais vous oubliez de préciser que Michel Grossiord est également présentateur de la tranche 18h de Public Sénat. Une tranche où les sénateurs sont nombreux à se succéder...
Sur Rouillan, je ne partage pas du tout l'impression qu'il ne regrette rien. Il faut vraiment être un journaliste, amateur de cliché, pour produire ce jugement à l'emporte-pièce. On peut reprocher à Rouillan de manier l'ambiguité, peut-être, mais pas de n'exprimer aucun regret comme lémédias l'inventent actuellement. Car, quels sont ses propos ?



Extrait : - il est évident que si je crachais sur tout ce qu'on avait fait, je pourrais m'exprimer

On comprend que Rouillan ne crache pas sur tout son passé. Mais au non de quoi lémédias en déduisent que Rouillan ne crache pas sur les assassinats ? QUi sait s'il ne regrette pas les assassinats, mais garde une nostalgie de la clandestinité, les communiqués de presse d'action directe, bref une autre partie de l'action ? "

- Mais par cette obligation de silence, on empêche aussi notre expérience de tirer son vrai bilan critique.
Là, on comprend que Rouillan voudrait bien passer à une phase de critique de son bilan. Moi, je comprends qu'il s'agirait de lancer un processus, semblable à celui mis en oeuvre par de nombreux mouvements de guerrilla ou terroristes devenus des partis politiques : chaque pays, dans son histoire, a connu cet épisode. Et cela doit passer par une phase de réflexion, en ce cas stupidement interdite par la loi.

**************

Je regrette aussi que soit passé sous silence ceci :
" À l’UMP, tout est permis pour digérer l’extrême droite - ALPES-MARITIMES . Un ancien membre des commandos delta de l’OAS figure sur la liste UMP conduite par le maire de Cagnes-sur-Mer."
http://www.humanite.fr/2008-02-28_Politique_A-l-UMP-tout-est-permis-pour-digerer-l-extreme-droite

Oui, car il existe un cas de terroriste notoire, devenu élu UMP, et responsable de la mort, via son commando, de bien plus de victimes que Jean-Marc Rouillan... Beau silence des médias à ce sujet : il serait pourtant intéressant de parler de ce fait, et de rappeler au passage que c'est l'ancêtre de l'UMP, qui, au moment des événements de 68, a aministié les anciens de l'OAS : voila le véritable lien entre un parti politique et un mouvement terroriste, pas dans l'appartenance de Rouillan, qui lui a fait sa peine et ne doit plus rien à la société, à un quelconque parti, puisque celui-ci n'existe même (pas) encore !


Bon, je pourrais continuer d'argumenter, en disant que Besancenot n'aurait peut-être pas le droit légal d'empêcher Rouillan de venir aux réunions ou de s'inscrire à son parti, contrairement à l'UMP qui lui, aurait le droit de ne pas sélectionner un terroriste parmi ses élus, mais bon, ce climat de propagande m'énerve tellement que je n'en dirai pas plus..
Mais non ,vous n'avez pas compris , Daniel : Rouillan chez Besancenot , c'est pas grave , c'est juste du symbole de "comment dézinguer le capitalisme". (Ironie évidement).Je plains profondément Madame Besse (ça c'est sincère)
et quant à l´appel à l´union de fillon, c´est une véritable bouffonnerie !!!
En tout cas ça nous donne une petite idée de ce qui se passe sur les radios que l'on n'écoute pas et c'est très bien... Enfin je parle pour moi. Je suis branchée sur Inter. Ce matin par ex. c'était l'oracle Attali qui, parlant de la crise, avait tout prévu depuis 2 ans (qui dit mieux ?) Hier c'était Laurent Wauquiez qui, au sujet du chômage, avait aussi prévu les mauvais chiffres, souvenez-vous, il l'avait dit dans sa dernière interview.. l'autre matin, c'était Rocard... bref ! On se demande comment, avec toutes ces lumières, on ne peut jamais rien éviter.
Bientôt une chronique " Love Story" Schneidermann/ Askolovitch, @si/Europe 1 ?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.