9
Commentaires

En pleine affaire Weinstein, pourquoi Causette pourrait disparaître

Le tribunal de commerce de Paris a décidé le 9 janvier d’une poursuite d’activité du magazine féministe Causette. Les repreneurs ont jusqu’à la mi-février pour se manifester. Mais pourquoi ce titre, créé en 2009, est-il en difficulté, alors que les idées féministes bénéficient d’un climat de plus en plus favorable ? Retour sur huit années mouvementées.

Commentaire préféré des abonnés

Pour ma part, le numéro de janvier est le dernier que j'achèterai. Causette a une ligne éditoriale qui ne dit pas son nom mais qui est très orientée politiquement. Et de plus en plus côté pouvoir en place. A l'appui, je citerai : absence de débat et (...)

Derniers commentaires

Histoire de taper quelque chose eh bien je tape quelque chose : moi j'aime bien la couverture de causette, c'est toujours très pop, très rétro très coloré. Je dis ça, j'ai jamais lu ! Je passe trop de temps au cinéma, au théâtre et dans les concerts pour tout lire.

C'est normal qu'on ait seulement accès aux trois derniers commentaires? Ou j'ai loupé un truc?

On croise les doigts, ça marche ! Pour le moment...

Pour ma part, le numéro de janvier est le dernier que j'achèterai. Causette a une ligne éditoriale qui ne dit pas son nom mais qui est très orientée politiquement. Et de plus en plus côté pouvoir en place. A l'appui, je citerai : absence de débat et de dossier sur les ordonnances "Macron" alors que cette loi a des incidences fortes sur les conditions de travail des femmes. (Comme le site web Mad'moizelle que je ne consulte plus d'ailleurs) Dans le dernier numéro : 2 pages sur le "name and shame" , annonce phare de Macron, totalement en phase avec une vision ultralibérale des rapports sociaux. Comme si,  les employées des grands groupes de distribution, pour beaucoup des femmes, allaient se défendre avec un "name en shame" contre Carrefour et Pimkie... De même, leur fameux festival était uniquement axé sur le mode de la promotion de entrepreneuriat. Quid des militantes ? Des employées ? des Ouvrières ? Rien. Nada. Ok. donc Causette est une sorte de Nouvel Obs a coloration féministe. De centre gauche. C'est leur droit. Mais c'est leur devoir de respecter leurs(es) lectrices(eurs) que de l'annoncer. Moi je suis de gauche. Je suis déjà abonnées au Monde, j'estime que j'ai assez donné à cette presse. Bye bye Causette.

De mon côté, tout marche bien!

De plus, la fonction de lecture Zen de mon navigateur mobile prend bien l’article en entier sans fioriture.


Ouf!

Longue vie.



Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.