19
Commentaires

Ciel ! Hollande a rencontré le père des réformes Schröder !

Scoop ? Hollande serait conseillé par Peter Hartz, le "père des réformes allemandes" ayant sacrifié l'état-providence à un sursaut de croissance économique au début des années 2000. En fait non, ce n'est pas un scoop, mais une information survendue. A l'origine de la surenchère : des suppositions hasardeuses par un quotidien régional allemand et une dépêche AFP rédigée à la va-vite.

Derniers commentaires

http://www.upr.fr/actualite/europe/en-1979-jacques-chirac-denoncait-une-construction-non-europeenne-dominee-par-les-interets-germano-americains

https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/pour-les-%C3%A9lections-europ%C3%A9ennes-lump-d%C3%A9cide-une-nouvelle-fois-de-prendre-les-fran/10151844130982038
lien sur une conférence de Mr Todd qui décrit bien dans quelle glue nous sommes collés...
il y propose vers le début de la deuxième heure, un protectionnisme européen (la France est trop petite) pour relancer seule les salaires. La libre circulation de tout est une machine à détruire l'humain. L'analyse de la situation politique en France (première heure) où ni la droite ni la gauche ne veulent s'attaquer au problème est saisissante de réalisme. Sarkozy Hollande, bonnet blanc et blanc bonnet sur le sujet qui est au coeur de tous nos débats "sociétaux". Peut-être une avancée dans le deuxième quinquennat de Hollande?. A moins qu'on pense que le retour de Nicolas Sarkozy puisse convaincre l'Europe très à droite de s'attaquer au problème? du point de vue des élections européennes, c'est mal parti vu les sondages qui donne le FN majoritaire. Mr Todd reste optimiste "globalement" parce que les riches sont devenus très minoritaires (1%) et que les jeunes ont un potentiel de réforme intact.
http://www.youtube.com/watch?v=73nMS9LiWvA
il n'y a rien à attendre de bon de la part de ce président, je finis par me demander s'il n'est pas pire que son prédécesseur dans les pas duquel il met ses pas, dans tous les domaines.
Encore un petit mot sur ces "réformes". Elles ont été mises en place le 22 février 2002 par le biais de la "Commission pour des prestations de service modernes sur le Marché du Travail", sous le Gouvernement Rouge-Vert (tels qu'ils sont appelés ici) à savoir le SPD et les Grünen avec Schröder Chancelier et Fischer comme Vice-Chancelier (alors que même le Parti Socialiste en France a au moins eu la décence d'avoir opté pour le rose).
Les faits de pots-de-vin et financement de prostituées relatées par la Süddeutsche Zeitung ou le Stern ont commencé en 2001.
Gros pilier de cette réforme a été le regroupement du R.M.I. local et l'allocation chômage.

Cela a débouché sur deux types d'allocations chômage: l'initiale allocation, valable jusque-là, a été dénommée Arbeitslosengeld I (ALG I) et le nouveau regroupement Arbeitslosengeld II (ALG II)
D'une part, la durée de la perception de l'allocation chômage initiale (ALG I) a été ramenée à maximum un an. Cela, quelque soit la durée et le niveau de cotisation préalables. Elle s'élève actuellement à 67 % pour une personne parent d'au moins un enfant et vivant en couple non séparé, 60 % pour tous les autres cas de figures (couple séparé avec enfant, comme célibataire et sans aucun enfant). Le pourcentage a pour base de calcul le dernier salaire brut.

C'est maintenant que cela devient vraiment piquant. Tout chômage dépassant cette seule année renvoit la transmission de son dossier aux Job Center (sorte d'ANPE II, pour rester dans le cadre pittoresque). Hors ici, l'on a seulement et uniquement droit à des allocations ultérieures, encore plus basses bien entendu, que si la réserve totale en liquides (donc le compte courant, livret d'épargne) ne dépasse pas un certain niveau.
Et là je parle en connaissance de cause : lorsque mon chômage I vint à terme, je me suis pointé pour la forme (et les statistiques) dans un Job Center. À l'époque le niveau "toléré" fut toutes les épargnes/ressources liquides confondues de... 160 € et quelques centimes d'euros par année d'âge. Soit dans mon modeste cas : même pas 7.000 euros. Comme je dépassais cette barrière:... niet. Rien du tout. Ni même une quelconque aide au loyer, aucune assurance maladie.
L'employé m'avait conseiller sans rire d'acheter une propriété, un appart (avec en tout mes 60.000 euros d'alors). Sans rire, et non sans raison:
les biens immobillier ne rentrent pas en ligne de compte. C'est ainsi que des propriétaires peuvent tout à fait bénéficier du ALG II et de subventions, alors que le commun des mortels chômeurs... tant pis pour eux s'ils sont juste locataires.

Comble de l'humour allemand (pardon pour l'oxymoron), on vous fait sans rire (encore, eh oui...) signer un papier dédouannant les services stipulant (texto :) que l'on "n'est pas intéressé par les prestations de l'ALG II". Ne même pas avoir la décence de déclarer officiellement, noir sur blanc, que, vues les circonstances économiques du dossier, l'on y a pas droit, tout simplement, met le bouchon final sur cette perfidie. Cela reste néanmoins dans la bonne tradition bureaucratique allemande (et d'avant '45, pour ne pas m'étendre davantage sur le sujet).

Voilà, entre autres convergences continuelles de l'élite française avec le modèle teuton, le riche futur modèle éventuel qui peut inspirer François Hollande. Entre nous soit dit, et bien que je déteste toute moquerie sur les noms, la Hollande... hein... c'est déjà presque l'Allemagne, non ?

Petit mot au rédacteur : "ankurbeln" (die Kurbel, la manivelle) signifie plutôt donner un coup de pouce, non redresser (faut pas charrier quand même...)
bonsoir !

Diable ! Hollande a de plus rencontré un repris de justice !
Je viens de traduire le passage suivant du site allemand de wikipedia concernant "le père des réformes Schröder".

"...
Le Procureur de Braunschweig (Brunswick, Basse-Saxe) communiqua le 7 octobre 2005 avoir ouvert une procédure d'enquête contre Hartz pour soupçon de détournements de fonds / malversations / abus de confiance ("Untreue"). Vis-à-vis de la procureure Hildegard Wolff Peter Hartz aurait admis, le 9 octobre 2006, avoir "privilégié" le président du comité d'entreprise Klaus Volkert pendant une dixaine d'années. Prétendûment sans la connaissance du président du CA de l'époque, Ferdinand Piech, ainsi que d'autres top managers du groupe Volkswagen, Hartz a versé à Volkert un "bonus spécial" de 200.000,- € entre 1995 et 2005 - soit un montant total de deux millions d'euros. Faisait également partie de ce système d'avantages (financiers) le versement par Hartz d'un revenu complémentaire à la concubine brésilienne de Volkert, Adriana Barros : elle aurait ainsi perçu pendant longtemps 7.600 €/mois, pour une totalité de 399.000 €.

Le 15 novembre 2006 l'on apprit qu'une procédure pénale a été ouverte contre Peter Hartz à Brunswick pour abus de confiance dans 44 (quarante-quatre...) cas en tant que membre du CA. Le 17 janvier 2007 Hartz admit lors de l'audience devant le tribunal, datée sur deux journées, tous les 44 chefs d'accusation. Les dommages totaux de cette affaire de pots-de-vin s'élèvent à 2,6 millions d'euros, dont Hartz paya presque deux millions au chef du CE de l'époque, Klaus Volkert. Le tribunal fédéral de Brunswick (compétent pour le Land de Basse-Saxe) suivit les requêtes conjointes du procureur et de la défense et promulgua le 25 janvier 2007 une peine de prison de deux ans, commuée en sursis, ainsi qu'une amende de 360 unités journalières à 1.600 € (pour un total donc de 576.000 €). Dans le cadre de l'évaluation de la peine, l'aveu complet tint lieur de circonstance atténuante. C'est aussi pour cette raison que l'on a jugé utile de ne pas avoir à auditionner une série de témoins.

La brièveté du procès fut critiquée dans des commentaires de presse écrite. Selon la Sächsische Zeitung du 18 janvier 2007, le fait "de conclure des 'accords de procès' en début de procès serait un manque de tact". Rien que ce seul terme témoignerait du manque de sensibilité pour la dimension sociétale de ce procès.
..."
Je m'excuse d'éventuels termes juridiques mal traduits (c'est pas moi, hein... c'est Pons-online). Mais je pense avoir à peu près visé juste.

Et ce n'est pas toute l'histoire. Encore antérieurement au dates impliquées, Hartz s'était déjà fait repéré par la justice allemande pour des financements douteux concernant d'autres versements de pots-de-vin à des membres de comités d'entreprise ainsi que le paiement de prostituées. Tiens... cela me rappelle... Enfin bon.

Je joins ici dans l'immédiat deux liens des seuls Süddeutsche Zeitung et Der Stern.
Bon, c'est d'abord tel quel, en original.

http://www.sueddeutsche.de/wirtschaft/volkswagen-affaere-polizei-durchsucht-vw-buero-von-hartz-1.819680

http://www.stern.de/wirtschaft/news/vw-affaere-staatsanwalt-ermittelt-gegen-hartz-547252.html

Haha... sacrés Sapin et Hollande... peut-être que quelques virements ont déjà été réalisés... wer weiß?
Il va sans dire que les réformes des allocations chômage portent toujours le nom de cet illustre avoueur, sont toujours en cours et que donc des millions d'Allemand(e)s ainsi poussé(e)s vers et surtout maintenu(e)s dans l'appauvrissement irrémédiable ont toujours un bien beau modèle moral vers lequel s'élever.
moins chers sont les esclaves, plus riches sont les maîtres.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.