34
Commentaires

Accident de Massy : 70 TGV pèsent plus qu'un mort

Ce dimanche 25 juillet 2021, un affaissement de terrain près de la gare de Massy (Essonne), a causé la mort d’un employé de la SNCF. Mais les médias se sont bien plus intéressés à la "galère" des usagers des TGV annulés du fait de l'accident qu'à l’accident lui-même. Les accidents du travail demeurent un sujet ignoré des journalistes.

Commentaires préférés des abonnés

C'est pas vrai que les médias ne s'intéressent pas aux accidents de travail : quand c'est un flic, même sans accident mortel, ils ne parlent que de ça pendant une semaine...

Approuvé 15 fois

On pourrait développer un concept nommé "compassion Pecressienne" qui aurait pour définition le fait de s'émouvoir de drame secondaires qui seraient la conséquence du drame principal.

Exemple : "je suis désolé pour cet homme qui s'est coupé la jambe a(...)

Voté.

Et je note qu’un autre sujet est éludé : « coulée de boue » en juillet, ça n’interpelle que moi ?

(Je me souviens qu’un RER avait déraillé à cause d‘un glissement de terrain en juin 2018. C’est, dans les deux cas, en Essonne.) Il faudra peut-être(...)

Derniers commentaires

Bah en même temps dire qu'on peut se tuer au travail quand on est payé"par des industriels hein... Aujourd'hui l'entreprise est au dessus de tout, les ministres se bousculent à son chevet quand elle va mal, les hommes peuivent aller s'faire foutre.

Ouais , c'est pas étonnant !La mort pour s'accaparer une ressource essentielle a la vie , ça peut se comprendre .La mort pour un voyage , pour un I Phone , pour un yacht , vaut mieux encore mourrir pour des idées .Il va où ce train déjà , sur la cote emmener des canards se faire cramer sur les plages ?, putain qu'est ce c'est con de crever pour ça ! Faut surtout pas qu'on s'en rende compte ! Le dernier accident de travail chez nous , c'est le bras d'un type arraché par une bétonnière qui faisait du ciment pour une villa de 200 mètres carrés pour un couple de retraités allemand .J'éspère que les travaux seront fini avant que ces pauvres retraités soient crevés...

un ingénieur donc a tout de mème un petit mot,  une ouvrier e du bâtiment, un  e ouvrièr e agricole, une employé e  autre  machine qui tranche un membre....bof... 

et oui tout juste si voyageurs pas pris "en otage". ; mais un journaliste otage ou pris dans attentat alors là  des mois entier... bien sur utile d en parler, mais gens de première ligne qui bossent pour nous tous a salaire de base, sans clause de "conscience" démission, bof

il me semble qu il existe un décompte sur accident travail... style de celui de David Dufresne  au moment Gj, mais j ai perdu libellé


si ingénieur sur place j imagine qu un soucis sur ligne tgv, condoléances et merci a lui et l équipe qui a aidé tout le monde et évité catastrophe.

Très bel article, qui pointe du doigt un souci de notre société qui se cache derrière son petit doigt - c'est la fatalité, on n'y peut rien... Mais si on y peut quelque chose ! Rogner sur la sécurité pour des questions de coût, ce n'est pas une fatalité mais un choix, dicté (ou non) par des contraintes externes. Dans la quasi-totalité de ces accidents du travail, on peut malheureusement remonter à des imprudences dues aux causes citées dans l'article : "l’intensification du travail, le travail dans l’urgence, le travail en sous-effectif." Ce sont des choix ! On peut, en tant qu'individu, refuser de faire quelque chose dangereux pour soi et ses collègues mais cela sera stigmatisé. Il faut changer cela !!

Du coup, j'aurais bien aimé savoir comment s'appelait le cheminot décédé. Cela dit grand merci pour cet article.

Merci pour cet article

- Bonjour Madame, vous êtes bloquée sur le quai de la gare à cause de....

- Oui mais il y en a mare de ces grèves de chemineaux, ils nous prennent en otage, c'est scandaleux, et ils sont payés avec nos impôts !

- Non mais là c'est pas une grève, c'est parce que...

- Ah mais c'est encore un sabotage par des radicaux de gauche, ils ont posé un crochet? c'est du terrorisme, il faut les mettre en prison !

- Non mais c'est un éboulement à proximité des voies qui a tué un ingénieur de la SNCF

- Ah euh, mais... c'est inadmissible, quelle galère !

Ça se dit ça :  un accident ayant coûté la mort à un employé ? On dit coûté la vie à qqn et pas la mort.

C'est pas vrai que les médias ne s'intéressent pas aux accidents de travail : quand c'est un flic, même sans accident mortel, ils ne parlent que de ça pendant une semaine...

C'est une reflexion que je me fais souvent lors des suicides dits '' accidents de personne'' par la RATP et la SNCF. J' imagine une personne malheureuse à la recherche de compassion et nous devons etre des centaines de milliers à la traiter de tous les noms.

Comme vous avez eu la gentillesse de ne pas montrer le tweet de la présidente de région, je le pose ici :

Voté.

Et je note qu’un autre sujet est éludé : « coulée de boue » en juillet, ça n’interpelle que moi ?

(Je me souviens qu’un RER avait déraillé à cause d‘un glissement de terrain en juin 2018. C’est, dans les deux cas, en Essonne.) Il faudra peut-être attendre qu’un accident de train tue des voyageurs, et provoque des retards de TGV, bien entendu, pour que les médias en parle.

On a échappé aux voyageurs en galère ou prise en otage

<mode provoc> Une raison très simple pour la quelle les morts au travail n'intéressent pas grand monde ni les médias: c'est qu'à 90% ce sont des hommes. Si 90% des morts au travail étaient des femmes ... </mode provoc>

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.