Traduire le roman noir
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Traduire le roman noir

D'Hammett à Ellroy, les surprises de la traduction

Réservé à nos abonné.e.s
Pour notre plongée D@ns le texte, nous recevons cette semaine Jean-Paul Gratias, traducteur d’Underworld USA de James Ellroy (Rivages), et Natalie Beunat, qui a retraduit (en collaboration avec Pierre Bondil) l’intégrale des romans de Dashiell Hammett (Gallimard).

Cette émission est ici.

Traduire et retraduire : c'est l'époque qui veut ça

Retraduire Hammett : c’est donc que les traductions précédentes étaient périssables, voire discutables ? Alors : les jolies pépées, les paquets d'oseille ou de flouze, les "déconne pas", les "sois pas vache" et les droites qu'on allonge sans lambiner, à la poubelle ?

De fait, passées à la moulinette des exigences éditoriales de la Série Noire, qui a importé le roman noir américain en série dans les années 50, ces traductions gouailleuses parlaient plus de leur époque d’élaboration – toute pleine...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.