Retraite à 60 ans : ma génération, et la doublepensée
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Retraite à 60 ans : ma génération, et la doublepensée

Réservé à nos abonné.e.s

Alors donc Martine s’est décidée: ce sera 60 ans. Pas un an de plus, pour l’âge légal de départ la retraite : c'est un acquis intangible. Ça veut dire pas touche.

Pour la forme, c’est une bonne nouvelle : une manière de ne pas transiger sur certains principes, un côté droit dans ses bottes qui évoque une vigueur idéologique qu’on n’avait plus connue au PS depuis un certain temps.

Mais comment dire… Dans nos vies dans nos têtes dans l’intérieur de notre for, quelque chose comme une doublepensée (celle qu’Orwell inventa avec la novlangue de 1984) : une intuition qui dirait simultané...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.