Nos Vies Numériques - 6
Sur le bout de la langue
Sur le bout de la langue
chronique

Nos Vies Numériques - 6

On est très compulsif

Réservé à nos abonné.e.s
Le fait est désormais indiscutable : Alain Finkielkraut, qui a des avis sur tout mais n'est documenté sur rien, dit énormément de conneries. Reconnaissons-lui tout de même - on a tout à coup un élan de compassion - certaines intuitions précoces : lorsqu'il soutenait, dès 2000 dans Internet, L'inquiétante extase (co-signé avec Paul Soriano) que la "qualité du jugement de l'internaute est inversement proportionnelle à sa vitesse de connexion", il pointait tout de même un rapport non dénué de pertinence entre la vitesse (haute) et la qualité (basse) des procédures cognitives qui nous jettent dans les pièges de la compulsion... Mais le titre l'annonçait déjà, avec son "extase" pleine de promesses : il y a des pièges pleins de volupté.
On a des impatiences, des obsessions, des compulsions.

On se souvient du temps où la connexion était un processus plutôt qu’une formalité. Alors on savait être patient: on écoutait ahuri la tuyauterie du bousin faire son crsssssh touit touit touit crsssshhhh, pendant de longues secondes qui laissaient tout loisir d’imaginer l’effort, la complexité, et la matérialité, même, des opérations numériques par lesquelles on se reliait au monde.

Comme s’il fallait à chaque fois forer un tunnel sous l’immeuble, par delà les égouts, sous l’océan, même (alors on échangeait des mails avec une am...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.